ESTERHÁZY LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille d'aristocrates hongrois dont les membres occupèrent à diverses reprises les plus hauts emplois de l'État. Les Esterházy sont toujours demeurés fidèles au catholicisme et à la maison d'Autriche, fait assez extraordinaire en Hongrie, même chez les magnats, mais cette fidélité leur vaudra de substantielles compensations. Vers 1650, la famille possède d'importants domaines dans l'actuel Burgenland autrichien (seigneuries de Forchenstein et d'Eisenstadt) au moment où le comte Nicolas (1582-1645) exerce les fonctions de palatin ; élu par la Diète, il est en quelque sorte vice-roi du pays et chef du gouvernement installé à Presbourg. Son fils Paul (1635-1713) consolidera la fortune de la famille en s'engageant aux côtés de l'empereur Léopold Ier. Général de la Frontière, il est élu palatin par la Diète de 1681 et il saura, à maintes reprises, tenir tête au gouvernement de Vienne, en particulier dans les questions fiscales. En 1696 il refuse de laisser la Cour imposer la noblesse hongroise ; il empêche également la mainmise du fisc royal sur les terres nobles de la Grande Plaine, au moment de la reconquête sur les Turcs. Il préserve ainsi les privilèges de la noblesse et sa puissance économique, mais il sait aussi asseoir sa fortune : celle-ci triple grâce à l'achat à bas prix des terres confisquées, tandis qu'il devient prince d'Empire.

Au xviiie siècle, ses descendants seront des mécènes et l'un d'eux, le prince Nicolas Ier le Magnifique (1762-1790), emploiera Joseph Haydn comme maître de chapelle à Eisenstadt, à Esterhaz ou dans son palais viennois. Son fils, le prince Antonine, n'aimait que médiocrement la musique ; son petit-fils, le prince Nicolas II, se brouilla sottement avec Beethoven pour avoir raillé la Messe en ut majeur qu'il lui avait commandée. C'est d'une autre branche de la famille qu'était issu le comte Johann Karl Esterházy, dont la fille Caroline fut l'élève et l'inaccessible bien-aimée de Franz Schubert.

—  Jean BÉRENGER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ESTERHÁZY LES  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Structures sociales »  : […] Mais de telles différences sont moins graves à une époque où, seule, une faible minorité possède des droits politiques. Dans chaque pays de la monarchie, nous sommes en présence d'une société où les masses paysannes, représentant 90 à 95 p. 100 de la population, sont privées de tout droit politique, et bien souvent de droits civils. Vers 1650, la composition de la diète, expression politique de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_15544

ESTERHÁZY PÉTER (1950-2016)

  • Écrit par 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 1 318 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le texte et son œuvre »  : […] Né le 14 avril 1950 à Budapest, Péter Esterházy , descendant de l'une des plus anciennes et plus puissantes familles d'Europe, a connu la relégation « à la campagne » et les vexations réservées par le régime communiste aux aristocrates. Après des études de mathématiques, il travaille dans l'informatique et devient dès 1976, avec son premier livre Francsiko […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-esterhazy/#i_15544

HARMONIA CÆLESTIS (P. Esterházy)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans la magnifique floraison de la littérature hongroise d'aujourd'hui, se détache l'œuvre puissante et originale de Péter Esterházy . Depuis Trois anges me surveillent (1989), Le Livre de Hrabal (1990), Une femme (1998) et L'Œillade de la comtesse Hahn-Hahn - en descendant le Danube (1999), on connaît le ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonia-caelestis/#i_15544

HAYDN JOSEPH

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 024 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Serviteur et compositeur »  : […] La vie de Haydn est très représentative de ce que pouvaient être la place et le rôle d'un compositeur de son temps, comme d'ailleurs du siècle précédent. Là encore, il se trouve à l'apogée d'une époque proche de sa fin : bientôt, les musiciens ne seront plus au service d'un roi, d'un prince ou d'un évêque, et ils affronteront les avantages et l'insécurité de l'indépendance, comme Mozart et Beetho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-haydn/#i_15544

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une langue nouvelle »  : […] À partir des années 1980 beaucoup d'écrivains hongrois – inspirés par l'écriture incisive et résolument moderne de Petér Hajnóczy (1942-1981) et de Miklos Mészöly – se distinguent par une utilisation particulière de la langue pour exprimer le temps présent et occupent de la sorte une place primordiale dans la littérature postmoderne. László Krasnahorkaj (né en 1954) évoque dans son roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_15544

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « ESTERHÁZY LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-esterhazy/