ESTERHÁZY PÉTER (1950-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la superbe floraison de la littérature hongroise contemporaine, l'œuvre de Péter Esterházy se caractérise par un mélange d'humour et d'érudition, lié à la conscience aiguë d'une tradition culturelle – celle de la Mitteleuropa – dont l'âge d'or aurait été l'Europe baroque. Née alors que le régime communiste entrait dans son crépuscule, elle renoue ironiquement avec l'imaginaire du roman familial. Mais c'est pour mieux en mettre en lumière ses illusions et ses faux-semblants.

Le texte et son œuvre

Né le 14 avril 1950 à Budapest, Péter Esterházy, descendant de l'une des plus anciennes et plus puissantes familles d'Europe, a connu la relégation « à la campagne » et les vexations réservées par le régime communiste aux aristocrates. Après des études de mathématiques, il travaille dans l'informatique et devient dès 1976, avec son premier livre Francsiko et Pinta, la figure « culte » de la littérature hongroise postmoderne. Son œuvre se veut tout à la fois une révolte contre la destruction des hommes par la terreur et la violence et une résurrection de l'humanité par le deuil et l'ironie. Deux registres étroitement liés à sa propre histoire et à celle de la Hongrie.

Péter Esterházy

Péter Esterházy

Photographie

À travers une œuvre où l'autobiographique a une large part, Péter Esterházy, propose une version tout aussi ironique que désenchantée du roman familial. La Mitteleuropa y noue un dialogue paradoxal avec un régime communiste entré dans son crépuscule. 

Crédits : Ulf Andersen/ Aurimages

Afficher

Avec son roman Trois Anges me surveillent (1979, trad. franç. 1989), Péter Esterházy marque un changement radical dans la prose hongroise : le livre se décline en deux parties, la première constituant le « texte » proprement dit du roman, la seconde étant composée de ses commentaires, trois fois plus longs que le texte principal. Dans ce « roman de production » – comme le qualifie le titre hongrois –, l'auteur substitue à la linéarité et à la continuité de la narration le mélange de documents historiques qui renvoient tant à la fin du xixe siècle qu'au régime communiste, aboutissant à une parodie du roman du réalisme socialiste et à une satire du pseudo-héroïsme communiste. La totalité des œuvres écrites représente pour Esterházy un univers intertextuel auquel il initie le lecteur à travers un continuel jeu de masques. Aussi intègre-t-il – contrairement à la néo-avant- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESTERHÁZY PÉTER (1950-2016)  » est également traité dans :

HARMONIA CÆLESTIS (P. Esterházy)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans la magnifique floraison de la littérature hongroise d'aujourd'hui, se détache l'œuvre puissante et originale de Péter Esterházy. Depuis Trois anges me surveillent (1989), Le Livre de Hrabal (1990), Une femme (1998) et L'Œillade de la comtesse Hahn-Hahn - en descendant le Danube (1999), on connaît le ton ludique et humoristique de cet écrivain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonia-caelestis/#i_37432

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une langue nouvelle »  : […] À partir des années 1980 beaucoup d'écrivains hongrois – inspirés par l'écriture incisive et résolument moderne de Petér Hajnóczy (1942-1981) et de Miklos Mészöly – se distinguent par une utilisation particulière de la langue pour exprimer le temps présent et occupent de la sorte une place primordiale dans la littérature postmoderne. László Krasna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_37432

Voir aussi

Pour citer l’article

Fridrun RINNER, « ESTERHÁZY PÉTER - (1950-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-esterhazy/