Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LES AILES DU DÉSIR, film de Wim Wenders

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Reconfigurer le temps

En 1986, Wim Wenders dit de ce film indescriptible : « On ne peut rien décrire sinon un désir ou des désirs. C'est par là qu'on commence quand on veut faire un film... ». Sa texture noir et blanc évoque Berlin, symphonie d'une grande ville (Berlin : Die Sinfonie der Großstadt, 1927) de Walter Ruttman. Le travail sur la lumière d'Henri Alekan apporte une tonalité singulière au film de Wenders. La transition progressive du noir et blanc vers la couleur engage une réflexion spécifique sur la temporalité au cinéma. Le final, métaphore d'un retour à l'enfance, annonce une ouverture en porte-à-faux avec le confinement de la ville. Les anges errants représentent la mémoire et le temps. En parcourant la ville dans ses recoins les plus insolites, ils témoignent d'une histoire non révolue qui transpire encore dans le présent. Berlin apparaît à la fois comme un lieu clos et un espace de liberté, de rencontres et de diversités. C'est aussi un lieu de survie représentatif des stigmates de la dernière guerre. Le montage en fondu enchaîné établit la jonction entre le présent du récit et le passé de l'Allemagne. Berlin, détruit en 1945, devient peu à peu un non-lieu au centre de l'Europe. La réincarnation de l'ange en homme symbolise une rédemption. Les ruines de la guerre ont fait place à l'espérance d'un amour naissant. Désormais loin des lieux de mémoire et de la barbarie nazie évoquée par des images d'archives, l'ange peut troquer son pouvoir d'éternité pour un retour au désir, moteur de l'humanité. Aucun mur ne saurait exister pour un ange. Après une trajectoire céleste et immatérielle, sa métamorphose lui permet de découvrir enfin les joies terrestres à travers la fusion du masculin et du féminin.

Le film débute par la lecture d'une comptine de Peter Handke : « Lorsque l'enfant était enfant/ Il marchait les bras ballants,/ Voulait que le ruisseau soit/ Rivière et la rivière fleuve,/ Que cette flaque soit la mer. » Celle-ci revient et se développe au cours du film, laissant entendre que l'innocence, le regard et les interrogations liés à l'enfance étaient susceptibles de donner une nouvelle chance au monde abîmé par l'histoire récente.

La bande-son du film est extrêmement sophistiquée. Les anges ayant le pouvoir d'entendre les pensées intimes des personnes qu'ils croisent, l'univers dans lequel ils nous permettent de circuler se transforme en une immense chambre d'échos où fusent les interrogations, les confessions, les remords et les espoirs de chacun.

Conte mélancolique et polyphonique, ce film métaphysique aux accents modernes défie toute ligne narrative stricte. Berlin reste une ville suspendue entre deux mondes. Renouant avec l'errance d'Au fil du temps (Im Lauf der Zeit, 1976), de l'État des choses et de Paris, Texas, Wenders déroule à nouveau le fil du temps. Mais Berlin n'est plus le purgatoire des anges. La ville d'après-guerre se fait ici l'horizon d'une reconstruction prémonitoire. Porteurs de cette histoire collective, les anges hors du temps, ont réinvesti l'histoire chacun à sa manière.

— Kristian FEIGELSON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Kristian FEIGELSON. LES AILES DU DÉSIR, film de Wim Wenders [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

<em>Les Ailes du désir,</em>&nbsp;W. Wenders - crédits : Mondadori/ Getty Images

Les Ailes du désir, W. Wenders

Autres références

  • GANZ BRUNO (1941-2019)

    • Écrit par
    • 916 mots
    • 1 média

    Bruno Ganz aura profondément marqué le théâtre et le cinéma allemands depuis les années 1970. À partir de 1996, il fut le détenteur de l’anneau d’Iffland, la plus haute distinction décernée à un acteur de théâtre de langue allemande. On connaît en outre la part qu’il a prise dans...

  • PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 3 201 mots

    1899 États-Unis. The Astor Tramp, « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités.

    1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle....

  • SANDER OTTO (1941-2013)

    • Écrit par
    • 793 mots
    • 1 média

    L’acteur allemand Otto Sander n’a pas reçu les lauriers internationaux qu’aurait pu lui valoir le prestige acquis dans son propre pays. En France, notamment, sa notoriété repose essentiellement sur son personnage de Cassiel, un des deux anges du film de Wenders Les Ailes du désir (Der Himmel...