LABORDE LÉON comte de (1807-1869)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du comte Alexandre de Laborde, auteur de l'Itinéraire descriptif de l'Espagne, neveu de deux des compagnons infortunés de Lapérouse, Léon-Emmanuel-Simon-Jacques de Laborde naquit dans un milieu où les travaux intellectuels étaient à l'honneur. À l'âge de dix-huit ans, il fit un voyage en Orient, d'abord en compagnie de son père puis seul, et en rapporta les éléments de son Voyage de l'Arabie Pétrée (1830-1833) abondamment illustré à l'aide de ses propres dessins. Secrétaire d'ambassade à Rome (1828-1829), à Londres (1830-1831) puis à Cassel, il entreprit de mener parallèlement une carrière politique, assez décevante d'ailleurs, et une carrière scientifique. Membre de l'Institut en 1842, conservateur des Antiques au musée du Louvre de 1845 à 1848, puis des collections du Moyen Âge et de la Renaissance de 1850 à 1854, il devint en 1857 directeur général des archives de l'Empire. Admirateur passionné de l'art de la fin du Moyen Âge et du xvie siècle, il s'efforça d'enrichir en ce sens les collections nationales, se heurtant souvent, de la part des purs admirateurs de l'art antique, à une incompréhension qui ne fut pas étrangère à son départ du Louvre. Il s'intéressa aussi à l'histoire de la gravure, aux origines de l'imprimerie, au mécénat des ducs de Bourgogne et certains de ses travaux sont encore d'une consultation courante. Son Rapport sur l'exposition universelle de Londres, en 1851, eut un certain retentissement dans le domaine des arts décoratifs, dont il blâmait la surcharge ornementale. Il ne doit pas être confondu avec le comte Henri-François Delaborde (1854-1927) qui occupa le poste de sous-chef de la section historique aux Archives nationales et publia de très nombreux ouvrages d'érudition.

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LABORDE LÉON comte de (1807-1869)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 006 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Pour une alliance art-industrie »  : […] de conciliation entre l'art traditionnel et la mécanisation. L'énorme rapport du comte de Laborde (publié en 1856), tirant les leçons de l'exposition de Londres, n'est qu'un long plaidoyer pour « l'alliance de l'art et de l'industrie » – l'art ayant valeur de force rédemptrice dans cette union inégale –, dénonçant « la course à l'abîme » provoquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_23110

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 200 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Les premiers Français qui visitèrent Pétra, en 1828, furent Léon de Laborde et Maurice-Adolphe Linant de Bellefonds, dont le nom est également associé au percement du canal de Suez. Ils publièrent à Paris, en 1830, dans un volume in-folio intitulé Voyage de l'Arabie Pétrée, trente-trois dessins commentés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/#i_23110

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « LABORDE LÉON comte de (1807-1869) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-laborde/