EVANS LEE (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlète américain né le 25 février 1947 à Madra, en Californie, quatrième d'une famille de sept enfants. Les qualités de sprinter de Lee Evans lui permettent d’intégrer le San Jose State College, où il va progresser sous la houlette de Bud Winter, un entraîneur réputé. Il est ainsi champion des États-Unis du 400 mètres en 1966 et 1967 et prépare les Jeux de Mexico. Des Jeux auxquels il aurait bien pu ne pas participer, tout comme Tommie Smith et John Carlos. Les trois hommes, voulant protester contre la discrimination raciale qui sévissait aux États-Unis, réclamaient notamment qu’un entraîneur noir figurât dans l’encadrement de l’équipe américaine d’athlétisme. Ils furent entendus sur ce point.

Lee Evans va au bout de ses ambitions et devient champion olympique du 400 mètres en 1968 à Mexico, en établissant un fabuleux record du monde (43,86 s), qui tiendra jusqu'en 1988. Ce 18 octobre 1968, il devance ses compatriotes Larry James et Ron Freeman. Sur le podium, en solidarité avec Tommie Smith et John Carlos, qui avaient levé un poing ganté de noir sur le podium du 200 mètres pour protester contre la discrimination raciale aux États-Unis, ce qui leur valut de se voir exclus des Jeux, les trois hommes, coiffés du béret du Black Power et poing levé, écoutent distraitement l'hymne américain. Avec ses deux équipiers et Vincent Matthews, Lee Evans est également champion olympique du 4 fois 400 mètres (2 min 56,1 s, record du monde). À l’instar de Tommie Smith et John Carlos, même s’il n’a pas été exclu du village olympique, Lee Evans voit, en raison de son action, sa carrière s’achever ainsi. Il deviendra par la suite entraîneur d’athlétisme en Afrique.

Lee Evans, Larry James et Ron Freeman

Lee Evans, Larry James et Ron Freeman

photographie

Le 18 octobre 1968, les Noirs américains Lee Evans, Larry James et Ron Freeman, les trois premiers du 400 mètres des jeux Olympiques de Mexico, coiffés du béret du Black Power, saluent la foule, après avoir manifesté sur le podium leur opposition à la discrimination raciale qui règne aux... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Lee Evans n’a jamais regretté son comportement sur le podium à Mexico, même si celui-ci lui a coûté sa carrière sportive. Il déclarait ainsi en 2008 au sujet de son attitude et de celle de ses compatriotes : « Ces actes politiques ont largement dépassé le cadre du sport. Des proches de Malcolm X m’ont dit que ce que nous avions fait avait joué un rôle considérable dans un mouvement qui a finalement abouti à la reconnaissance, par les États-Unis, de l’égalité des Noirs et des Blancs. »

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  EVANS LEE (1947- )  » est également traité dans :

JAMES LARRY (1947-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 276 mots

L' Athlète américain Larry James a marqué l'histoire du sport lors des jeux Olympiques de Mexico, en 1968. Tout comme ses compatriotes Lee Evans et Ron Freeman, il était coiffé du béret du Black Power sur le podium du 400 mètres, afin de protester, devant les télévisions du monde entier, contre la discrimination raciale qui sévissait alors aux États-Unis. Mais la brève carrière de Larry James s'e […] Lire la suite

MEXICO (JEUX OLYMPIQUES DE) [1968] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 237 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « 18 octobre »  : […] Le temps est électrique, un lourd orage va éclater. Le concours de saut en longueur débute, l'Américain Bob Beamon effectue son premier essai. Au terme d'une course d'élan parfaite, il accroche la planche avec précision, son impulsion fantastique, alliant force et vitesse, le fait monter très haut en même temps qu'il effectue un étonnant ciseau ; durant une fraction de seconde, il semble suspendu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « EVANS LEE (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-evans/