LE ROMAN COMIQUE, Paul ScarronFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'arrivée des comédiens au Mans

Le roman est composé en deux parties : l'une (23 chapitres, 1651) est dédiéé « au coadjuteur », le cardinal de Retz, frondeur magnifique ; l'autre (20 chapitres, 1657) « à la surintendante », l'épouse de Fouquet, dernier grand mécène privé et futur exilé. L'ensemble est inachevé, l'auteur étant mort sans avoir conclu son histoire. L'argument en est simple : une troupe de comédiens, qui rêve de jouer fièrement la tragédie, se trouve prise dans des accidents sordides. Le roman est donc doublement comique : divertissant, il a aussi rapport à la comédie, ce qui lui permet d'être à la fois irrespecteux, réaliste et novateur : le mot roman était jusqu'alors réservé au monde merveilleux et épique, à l'opposé des histoires clairement parodiques par rapport à cet univers du « grand roman ». Destin et Mlle de l'Étoile, les deux jeunes premiers, devenus acteurs pour échapper à de dangereux poursuivants de convention, vont être plongés dans un univers médiocre et bas : celui de l'avocat Ragotin, nabot ridicule et prétentieux, du lieutenant La Rapinière, du baron de Sigognac, tyran du Périgord, ou de la Biche, hôtesse accorte, nymphe tavernière.

L'histoire raconte donc comment la troupe des comédiens fait son entrée dans la ville du Mans, où elle va semer un grand trouble parmi les galants. La Caverne (une femme), le Destin (un jeune homme en guenilles) et la Rancune (un vieillard) arrêtent leur charrette devant une auberge sordide et souhaitent échanger un lit et un souper contre un échantillon de leur répertoire. « La charrette était pleine de coffres, de malles et de gros paquets de toiles peintes qui faisaient comme une pyramide au haut de laquelle paraissait une demoiselle habillée moitié ville, moitié campagne. Un jeune homme, aussi pauvre d'habits que riche de mine, marchait à côté de la charrette. [...] Il portait des chausses troussées à bas d'attaches, comme celles des coméd [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron  » est également traité dans :

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « « Le roman comique » »  : […] En 1648, Scarron décida d'écrire un roman. La première partie de l'œuvre parut en 1651, la deuxième en 1657. Intitulée Le Roman comique, elle demeurait inachevée. Une troisième partie aurait dû s'y ajouter. Scarron mourut avant de l'avoir écrite. L'interprétation de cette œuvre singulière exige des distinctions précises. Il est trop simple de dire que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/#i_28817

Pour citer l’article

Christian BIET, « LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-comique/