Le Chasseur maudit, FRANCK (César)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

Franck devient en 1858 titulaire de l'orgue Cavaillé-Coll de l'église Sainte-Clotilde, à Paris. En 1871, il est un des fondateurs de la Société nationale de musique, qui a pour but de faire connaître la musique française ; l'année suivante, il devient professeur d'orgue au Conservatoire de Paris, où il aura pour élèves d'Indy, Chausson, Duparc... Les chefs-d'œuvre se succèdent alors : le Quintette avec piano en fa mineur (1879) et la Sonate pour violon et piano en la majeur (1886) marquent le renouveau de la musique de chambre française ; la Symphonie en mineur (1888) opère une synthèse de Beethoven et de Liszt.

Genre - Poème symphonique

Issu de la musique «à programme» née avec le romantisme et le renouveau littéraire et philosophique du XIXe siècle, le poème symphonique constitue un genre libre qui dépend du seul sens dramatique du compositeur et du sujet qu'il veut illustrer ou commenter. Issu de la symphonie à programme, il exercera une influence décisive sur le renouveau de la musique symphonique française dans la seconde moitié du XIXe siècle : Danse macabre de Saint-Saëns (1875) ; Lénore de Duparc (1875) ; Les Éolides (1877) ; Le Chasseur maudit (1883), Les Djinns (1885) de Franck ; L'Apprenti sorcier de Dukas (1897)...

Forme

Le Chasseur maudit est une des pages les plus wagnériennes de Franck, avec des réminiscences, presque des citations de La Walkyrie dans les traits de violon et dans les harmonies des cuivres. L'œuvre, qui comporte quatre sections, est parcourue par le thème récurrent du cor du chasseur.

Esthétique

Pour la musique française, Franck est le rénovateur de la musique de chambre et le chantre de la forme cyclique. Il exerce aussi une influence considérable dans le domaine de l'orgue, qu'il revitalise et dont il renouvelle l'esthétique, d'une part, en développant son aspect symphonique, d'autre part, en alliant la forme du choral allemand à la courbe mélodique grégorienne et au chromatisme wagnérien.

Sujet

Le Chasseur maudit s'inspire d'une ballade allemande de Gottfried August Bürger (1747-1794). Un dimanche matin, à l'heure de l'office, alors que l'air résonne du chant des fidèles et que sonnent les cloches, le cor d'un comte rhénan partant à la chasse retentit. La foule supplie le comte de renoncer à sa chasse, mais il ne veut rien entendre. Soudain, alors que sa chevauchée se fait haletante, son cheval refuse d'avancer et son cor de sonner. Une voix s'élève et le maudit. Des flammes jaillissent de terre. Et le chasseur de s'enfuir, poursuivi par les démons.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Le Chasseur maudit, FRANCK (César) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-chasseur-maudit-franck-cesar/