Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LAZARILLO DE TORMES (1553/54)

Une intention critique ?

En 1554 sont publiées, à Burgos, Alcalá et Anvers, trois éditions, dont la deuxième, datée du 26 février, « corrigée et augmentée en cette seconde impression », contient des interpolations inégalement heureuses. On peut penser que le petit livre eut dès 1553, à Anvers ou ailleurs, une première édition aujourd'hui perdue (celles de Burgos et d'Alcalá sont sauvées par des exemplaires uniques). L'hypothèse (récente) qu'il ait circulé dès 1526 environ manque de base.

Quand l'œuvre a été redécouverte au xixe siècle après un assez long oubli, on a voulu en faire une critique de la vie sociale et religieuse de l'Espagne du xvie siècle. La forme autobiographique du récit paraissait une « ficelle » banale reliant les aventures successives du « valet aux nombreux maîtres ».

Plus intéressants que ce narrateur naïf et incisif à qui l'auteur prêtait sa plume étaient les maîtres, notamment ceux qu'il mettait longuement en cause même si le temps passé par Lazare en leur compagnie était court. A. Morel-Fatio forçait la note en suggérant que la « trilogie » de l'aveugle, du prêtre et du pauvre gentilhomme représentait, « en raccourci, la société espagnole du xvie siècle », ramenée aux « trois types du gueux, de l'homme d'Église et de l'homme d'épée ». On était frappé par l'anticléralisme de plusieurs épisodes, qui avait fait mettre Lazarillo de Tormes à l'index (1559). Le même hispaniste se demandait si l'auteur n'appartiendrait pas au cercle des frères Alfonso et Juan de Valdès, disciples espagnols d'Érasme : Alfonso avait écrit un dialogue des morts d'inspiration lucianesque (Mercure et Charon, également prohibé par l'Inquisition) qui passait en revue les divers « états » de la société. L'idée d'une inspiration valdésienne, ou d'une « spiritualité » érasmienne du Lazarillo de Tormes reste vivante chez certains critiques (M. J. Asensio, F. Márquez), en même temps que l'attitude de Lazare face à la religion et à l'« honneur » est un des grands arguments d'Américo Castro pour admettre que l'auteur est un « nouveau chrétien » d'origine juive.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, membre de l'Institut, administrateur honoraire du Collège de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par Jean CASSOU, Corinne CRISTINI, Jean-Pierre RESSOT
    • 13 749 mots
    • 4 médias
    L'archiprêtre et La Célestine préludent à ce nouveau genre littéraire, d'un schéma rigoureux, dont le modèle est fourni par le Lazarillo de Tormes(premières éditions connues : 1554). L'un des chefs-d'œuvre en est le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, dont le succès en Espagne...
  • HURTADO DE MENDOZA DIEGO (1503-1575)

    • Écrit par Daniel DEVOTO
    • 139 mots

    Écrivain et diplomate espagnol. Après des études humanistes très poussées à Grenade, à Salamanque puis en Italie, Hurtado de Mendoza fut envoyé comme ambassadeur dans plusieurs cours d'Europe jusqu'à ce qu'il tombât en disgrâce auprès de Philippe II. Il laissa néanmoins au roi, pour la bibliothèque...

  • PICARESQUE ROMAN

    • Écrit par Maurice MOLHO
    • 2 125 mots

    On qualifie ordinairement de picaresques un ensemble de romans espagnols qui, sous forme autobiographique, racontent les aventures d'un personnage de basse extraction (le pícaro), sans métier, serviteur aux nombreux maîtres, volontiers vagabond, voleur ou mendiant. Le genre s'ouvre en 1554 par...

  • ROMAN - Essai de typologie

    • Écrit par Jean CABRIÈS
    • 5 909 mots
    • 5 médias
    ...la Contre-Réforme, surgit une véritable contre-littérature. Le muet prend la parole et parle en son nom. Lui, le sans titre, il dit « Je ». La Vie de Lazarillo de Tormes (1554) sera la première autobiographie d'un être en marge, et même au rebut, qui soudain vient figurer en pleine page, évinçant les...

Voir aussi