HOCHE LAZARE (1768-1797)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Versailles, fils d'un palefrenier du roi. Fusilier puis caporal aux gardes françaises, Lazare Hoche, pendant ses heures de loisir et de congé, confectionne des ouvrages de dentelle qu'il vend pour avoir de quoi s'acheter des livres ; passionné surtout de Plutarque et de Rousseau, il acquiert une solide instruction. Ardemment « patriote », il entraîne ses camarades à la prise de la Bastille, puis devient sergent dans la garde nationale parisienne et entraîne son bataillon à marcher sur Versailles en octobre 1789. Il poursuit son instruction militaire et, en même temps, prend part à l'action politique ; il correspond avec Marat, qui publiera des textes de lui dans L'Ami du peuple, et restera toujours son fervent admirateur. Il sert comme capitaine à la défense de Thionville en septembre 1792 puis passe à l'armée du Nord, où il s'oppose à la trahison de Dumouriez. En octobre 1793, il est nommé le même jour général de division et commandant en chef de l'armée de la Moselle ; le 26 décembre, il remporte l'éclatante victoire du Geisberg, qui sauve l'Alsace. Mais il s'est attiré la jalousie de Pichegru et l'inimitié de Saint-Just ; de plus, ses sympathies maratistes vont aux Cordeliers contre les robespierristes ; après la chute des hébertistes, il est destitué et emprisonné.

Libéré après le 9-Thermidor, Hoche est nommé au commandement des armées de l'Ouest, peu à peu réunies entre ses mains. Par ses mesures à la fois militaires et politiques, sachant être tolérant sans cesser d'être révolutionnaire, il jugule la chouannerie, bat les émigrés à Quiberon et réussit à pacifier la Vendée. En 1796, il est nommé au commandement de l'armée d'Angleterre ; en liaison avec les menées insurrectionnelles de l'Irlandais Wolfe-Tone, avec lequel il sympathise, il prépare un débarquement en Irlande ; une tempête et les hésitations de Grouchy font échouer l'expédition. En février 1797, il est nommé au commandement de l'armée de Sambre-et-Meuse et est vain [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOCHE LAZARE (1768-1797)  » est également traité dans :

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cadoudal/#i_41098

CHOUANNERIE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 676 mots

Dans le chapitre « Les échecs de la chouannerie organisée »  : […] La deuxième phase commence dès juin 1795, avec le débarquement de troupes d'émigrés et d'Anglais à Quiberon, sous le commandement de Puisaye et d'Hervilly, entraînant une reprise des combats. L'échec de l'opération, dû aux multiples incompréhensions dans le camp contre-révolutionnaire, ne signe pas la fin de la chouannerie. Hoche, vainqueur à Quiberon, réussit certes à obtenir une deuxième paix, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chouannerie/#i_41098

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir jusque-là. Cependant, Louis XVIII met aussitôt son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41098

SAMBRE & MEUSE ARMÉE DE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 487 mots

La plus représentative des armées de la Révolution française. Née en l'an II, très caractéristique de ces soldats de l'an II dont la légende s'est emparée, débutant sous les heureux auspices de Fleurus (26 juin 1794), commandée par Jourdan, puis par Hoche, l'armée de Sambre et Meuse compte dans ses rangs Kléber, Marceau, Championnet, Bernadotte, Lefebvre, Ney, Soult, Mortier. À l'entrée de la camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-de-sambre-et-meuse/#i_41098

VENDÉE GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « La fin de la guerre »  : […] Après Thermidor (juillet 1794), des négociations se nouent entre Charette et les représentants de la Convention ; un traité de paix est signé à La Jaunaye, près de Nantes, en février 1795, qui accorde la liberté des cultes, transforme les soldats de Charette en gendarmes et prévoit d'indemniser les populations. La paix est de courte durée, mais elle montre que les mécontentements – notamment relig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-vendee/#i_41098

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « HOCHE LAZARE - (1768-1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-hoche/