SAMBRE & MEUSE ARMÉE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus représentative des armées de la Révolution française. Née en l'an II, très caractéristique de ces soldats de l'an II dont la légende s'est emparée, débutant sous les heureux auspices de Fleurus (26 juin 1794), commandée par Jourdan, puis par Hoche, l'armée de Sambre et Meuse compte dans ses rangs Kléber, Marceau, Championnet, Bernadotte, Lefebvre, Ney, Soult, Mortier. À l'entrée de la campagne de 1794, Carnot, le faiseur de plans du Comité de salut public, décide de porter son effort en Belgique, en laissant un rideau de troupes face aux Prussiens campés au pied des Vosges et en faisant mouvement avec l'armée de Moselle (commandée par Jourdan) sur la Sambre pour la réunir à l'armée des Ardennes. La nouvelle armée, destinée à opérer au confluent de la Sambre et de la Meuse, prend le nom de Sambre et Meuse et le conserve pendant les trois années où elle va opérer de part et d'autre du Rhin. Galvanisée par Saint-Just qui poussait les hommes « comme une meute de chiens » à l'assaut de Charleroi, l'armée de Sambre et Meuse, après Fleurus, progresse jusqu'au Rhin entre Bingen et Düsseldorf. Mais après Thermidor, la condition matérielle des soldats se dégradant sans cesse, Jourdan n'entreprend aucune opération pendant l'hiver 1794-1795. Pendant les campagnes de 1795, 1796 et 1797, l'armée de Sambre et Meuse, devenue conquérante et exportatrice de l'idéologie révolutionnaire, tentera de coordonner ses opérations avec celles de l'armée du Rhin et Moselle en application des plans du gouvernement thermidorien et du Directoire. Après d'assez timides opérations sur la rive droite du Rhin, en 1795, c'est surtout en 1796, après son deuxième franchissement du Rhin le 31 mai, que l'armée s'enfonce en Allemagne, jusqu'à la Naab. Mais elle se heurte à l'archiduc Charles qui concentre ses forces contre elle. Jourdan, abandonné par certains de ses lieutenants sous prétexte de mauvaise santé (Kléber, Bernadotte), demande son rapp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification


Autres références

«  SAMBRE & MEUSE ARMÉE DE  » est également traité dans :

HOCHE LAZARE (1768-1797)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 589 mots

Né à Versailles, fils d'un palefrenier du roi. Fusilier puis caporal aux gardes françaises, Lazare Hoche, pendant ses heures de loisir et de congé, confectionne des ouvrages de dentelle qu'il vend pour avoir de quoi s'acheter des livres ; passionné surtout de Plutarque et de Rousseau, il acquiert une solide instruction. Ardemment « patriote », il entraîne ses camarades à la prise de la Bastille, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-hoche/#i_41144

JOURDAN JEAN-BAPTISTE (1762-1833) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 604 mots

Fils d'un chirurgien de Limoges, Jourdan a fait comme simple soldat la guerre d'Amérique avant de s'établir comme mercier à Limoges ; volontaire de 1791, il sert sous Dumouriez à l'armée du Nord ; général de division dès juillet 1793, il est en septembre (avec Pichegru et Hoche) l'un des commandants en chef « sans-culottes » nommés par le Comité de salut public ; en octobre, il bat Cobourg à Watti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-jourdan/#i_41144

MARCEAU FRANÇOIS SÉVERIN MARCEAU-DESGRAVIERS dit (1769-1796)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 373 mots

Né à Chartres, soldat à seize ans, sergent en 1789, Marceau s'engage dans la garde nationale par patriotisme aussitôt après la prise de la Bastille ; volontaire en 1791, il intervient énergiquement en août 1792 pour empêcher son unité de suivre La Fayette qui voulait entraîner l'armée à marcher contre Paris. Sa brève mais éclatante carrière militaire connaît ensuite deux périodes. En Vendée tout d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marceau/#i_41144

RHIN & MOSELLE ARMÉE DE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 410 mots

Héritière de l'armée du Rhin de 1792 qui, après avoir occupé puis évacué Mayence, dut en assurer le blocus, dans des conditions matérielles si difficiles et au prix de telles pertes qu'il devint nécessaire de la renforcer par l'armée de Moselle. Ainsi naît en l'an III (1795) l'armée de Rhin et Moselle qui, d'abord commandée par Pichegru, tient le Rhin face à Wurmser, de Huningue à Bingen. Mais c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-de-rhin-et-moselle/#i_41144

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « SAMBRE & MEUSE ARMÉE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-de-sambre-et-meuse/