FERLINGHETTI LAWRENCE (1919-2021)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus engagé politiquement des poètes américains, Lawrence Ferlinghetti est né le 24 mars 1919 à Yonkers (État de New York). Son père mourut avant qu'il ne vînt au monde, sa mère dut entrer dans un hôpital psychiatrique et sa tante l'emmena en France, où il passa la plus grande partie de son enfance. Rentré aux États-Unis, il fut officier dans la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale ; il avait entrepris des études universitaires, qui le menèrent jusqu'à la Sorbonne, où il obtint un doctorat en 1951.

C'est Ferlinghetti qui créa le beat movement à San Francisco, vers 1955. Sa librairie City Lights, la première librairie des États-Unis à ne vendre que des livres brochés et l’un des phares de la contre-culture américaine, est l'un des premiers rendez-vous des poètes de la beat generation qui rejettent le style formel et académique prévalant à l'époque, pour composer des œuvres où sensations et sentiments seraient saisis dans ce qu'ils ont de plus immédiat, sans se soucier de l'incohérence et du morcellement produits. Éditeur, Ferlinghetti est également le premier à publier dans le cadre des éditions City Lights Books leurs recueils de poèmes, notamment en 1956, Howl d'Allen Ginsberg.

Les poèmes de Ferlinghetti ont été parfois composés sur bande magnétique, la plupart étant destinés à être lus à haute voix. Il est l'auteur de nombreux recueils, parmi lesquels Images du monde disparu (Pictures of the Gone World, 1955) ; A Coney Island of the Mind (1958), sans doute son œuvre la plus célèbre ; En partant de San Francisco (Starting from San Francisco, 1961) ; Le Sens caché des choses (The Secret Meaning of Things, 1968) ; Nuit mexicaine (Mexican Night, 1970). Il a écrit aussi deux pièces de théâtre, Débats à armes inégales avec l'existence (Unfair Arguments with Existence, 1963), Routines (1964), et un roman, Her (1960), traduit en français sous le titre de La Quatrième Personne du singulier. Beaucoup de ses poèmes ont une tonalité politique, comme le suggèrent les titres suivants : Mille Paroles de crainte pour Fidel Castro (One Thousand Fearful Words for Fidel Castro, 1961), Où est le Vietnam (Where Is Vietnam, 1965) et Tyrannus Nix (1969). Un choix de poèmes est imprimé à Londres en 1967 sous le titre Un œil sur le monde (An Eye on the World). Il a également traduit du français un choix de poèmes tirés de Paroles de Jacques Prévert (1958).

L'œuvre de Ferlinghetti se poursuit avec des recueils de poèmes tels que Œil ouvert, Cœur ouvert (Open Eye, Open Heart, 1973) et, en 1979, Paysages des vivants et des morts (Landscapes of Living and Dying). En 1984, Au-dessus de toutes les frontières obscènes (Over all the Obscene Boundaries) rassemble des textes publiés en revue. Par la suite, l'auteur rassemble ses poèmes sous forme d'anthologie dans These Are my Rivers (1993) et continue de publier régulièrement (Love in the Days of Rage, 2001 ; Americus Book I, 2004). Son œuvre abondante, contestataire rejoint la tradition américaine de la responsabilité morale de l'écrivain, comme en témoignent ses deux manifestes populistes (Populist Manifesto, 1974, et Adieu à Charlot ; Second Populist Manifesto, 1979). Ferlinghetti aurait pu faire sienne la devise du romancier Sinclair Lewis : « Je n'aime pas l'Amérique, je l'adore. »

Lawrence Ferlinghetti meurt à San Francisco le 22 février 2021.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

Classification

Autres références

«  FERLINGHETTI LAWRENCE (1919-2021)  » est également traité dans :

BEAT GENERATION

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 987 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mouvance beat »  : […] La soirée d'octobre 1955 à San Francisco où Ginsberg lut Howl , la publication en octobre 1956 de ce texte par City Lights et le procès pour obscénité qui s'ensuivit firent éclater le mouvement beat dans le grand public américain. En septembre 1957, On the Road , écrit entre 1949 et 1952, trouva enfin un éditeur. En novembre 1959, la « rébellion » beat eut les honneurs de Life , le magazine illust […] Lire la suite

HOWL, Allen Ginsberg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 874 mots
  •  • 1 média

Howl , ce long poème d'Allen Ginsberg (1926-1997), composé sous l'influence de Jack Kerouac et de William Burroughs, fut lu en public en octobre 1955, lors d'une séance organisée par Kenneth Rexroth dans la Galerie Six à San Francisco, avant d'être publié en 1956. Il devint du jour au lendemain l'étendard de la révolte de la « beat generation ». C'est une lamentation jazzée, comparable dans son […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul MOURLON, « FERLINGHETTI LAWRENCE - (1919-2021) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-ferlinghetti/