SINO-TIBÉTAINES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le regroupement en une seule famille des langues chinoises et des langues tibéto-birmanes n'est encore qu'une hypothèse de travail qui est loin d'être confirmée, et il est nécessaire d'insister sur ce point au début d'un article sur les langues « sino-tibétaines ». La solution du problème réside dans l'étude du chinois commun (archaïque) d'une part et du tibéto-birman commun de l'autre. Par de nombreux aspects, ces études se confondent ; on partira donc de cette constatation en étudiant ces langues d'après le chinois.

Situation des langues

Certains linguistes n'ont pas résisté à la tentation de classer les langues suivant le modèle de la taxinomie botanique, avec ses classes, ordres, familles, genres et espèces. Ainsi Robert Shafer, qui propose d'ajouter des suffixes aux noms de langues, marquant leur place dans la classification. Soit, par exemple, la super-famille sino-tibétaine, qu'il divise en deux familles : d'une part tibéto-karen, d'autre part chinoise (celle-ci comporte principalement le wu, le xiang, le cantonais, le hakka, le mandarin, le min). Le tibéto-karen se subdivise en karénique et en tibéto-birman. La sous-famille tibéto-birmane se subdivise en trois genres regroupant sept sous-genres : le bodish regroupe 1) le tibétain et le kanauri, 2) le bahing et le vaya, 3) l'abor, le miri, le dafla ; le burmish regroupe 1) le kachin, 2) les langues birmo-lolo (birman, akha, lahu, lisu, etc.), 3) le kukinaga, le lushaï. Enfin le barish regroupe les langues bodo, garo, etc. Les trois genres indiqués ci-dessus étaient représentés par la désinence -ish. Par contre, les super-genres sont symbolisés par la désinence -ic (en anglais), comme ce que j'ai appelé karénique.

La famille tibéto-birmane comprend, outre le tibétain et le birman, le lolo (parlé en Chine du Sud surtout), le bodo (parlé sur le Brahmapoutre), le naga (Assam), le kachin et le chin (Birmanie). On peut considérer en gros que les langues chinoises sont comparables, du point de vue chronol [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, ancien directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  SINO-TIBÉTAINES LANGUES  » est également traité dans :

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'unité dans la diversité »  : […] La population birmane est largement rurale (population urbaine de 28 p. 100 en 2004 contre 19 p. 100 en 1960). Située sur la rive gauche de la rivière du même nom, à quelque 30 kilomètres du golfe de Martaban, Rangoon est la principale ville, le premier port maritime, et la capitale du pays jusqu'en 2005. Elle comptait environ 4 millions d'habitants en 2002 et était quatre fois plus peuplée que […] Lire la suite

NĀGA

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 381 mots

Habitant les collines Nāga qui séparent la Birmanie de l'État indien de l'Assam, les Nāga constituent un groupe de quinze tribus au moins possédant des caractères physiques et culturels fort variés. Les nombreuses langues nāga, monosyllabiques et polytonales, appartiennent au groupe tibéto-birman ; à l'intérieur des différentes aires linguistiques, chaque village a son propre dialecte. Les groupes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice COYAUD, « SINO-TIBÉTAINES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-sino-tibetaines/