LA MORT N'EN SAURA RIEN, RELIQUES D'EUROPE ET D'OCÉANIE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La mort n'en dira rien/Priez les dévots mornes/Nous dansons sur les tombes/La mort n'en saura rien. » Ce dernier vers, tiré de « Funérailles », un poème du recueil Le Guetteur mélancolique de Guillaume Apollinaire, sert de titre à l'une des expositions des plus singulières. Les expositions thématiques sont encore trop rares en France où l'on préfère revoir « Chardin » plutôt que se hasarder à lancer des sujets transversaux qui permettent de stimulantes confrontations. L'exposition organisée par Yves Le Fur au Musée national des arts d'Afrique et d'Océanie du 12 octobre 1999 au 24 janvier 2000 était d'autant plus audacieuse que, en exhibant des crânes et des reliques humaines, elle transgressait un tabou puissant : la confrontation d'objets provenant de cultures totalement étrangères l'une à l'autre, celle de l'Europe chrétienne d'une part, celles des sociétés primitives de l'Océanie et de l'Asie du Sud-Est d'autre part. L'accueil enthousiaste de la critique et du public a salué l'entreprise.

Dans le monde occidental, la mort est encadrée, stérilisée, escamotée au point d'apparaître tout au plus comme une réalité virtuelle ; l'intérêt provoqué par l'exposition est bien le signe qu'un tel projet, au-delà de l'émotion esthétique et de la satisfaction intellectuelle qu'il procure, répondait à une interrogation fondamentale que se pose notre époque : comment faisons-nous face à l'image de notre propre fin, comment apprivoisons-nous l'idée de la mort ? Comme le note Jean-Hubert Martin dans la préface du catalogue, « le sacré fait aujourd'hui un retour inattendu au musée », suscitant de nombreuses questions auxquelles les ethnologues ou les historiens de l'art sont loin d'avoir complètement répondu.

Dans une mise en scène à la fois forte et pudique de l'architecte Massimo Quendolo, soixante-seize objets, principalement des crânes, présentaient l'art d'accommoder les restes humains, de les doter d'une vie et d'une puissance nouvelles après leur déchéance finale. Cette fascinante danse macabre suscit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Pour citer l’article

Jérôme COIGNARD, « LA MORT N'EN SAURA RIEN, RELIQUES D'EUROPE ET D'OCÉANIE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-n-en-saura-rien-reliques-d-europe-et-d-oceanie/