LA GRANDE PARADE DE PY (O. Py)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur, acteur, metteur en scène et chef de troupe, scénographe, directeur du Centre dramatique national (Orléans), Olivier Py poursuit depuis les années 1980 un parcours qui embrasse tous les genres et tous les styles, du cabaret à l'opéra, des formes brèves au poème dramatique, des contes pour enfants aux sagas épiques. Il n'hésite pas à signer des œuvres fleuves qui tiennent le spectateur en haleine pendant cinq heures (Le Visage d'Orphée, 1997), onze heures (L'Apocalypse joyeuse, 2000), voire vingt-quatre heures d'affilée (La Servante, 1995). Il prend le risque d'inscrire ses spectacles dans l'actualité pour en dénoncer l'horreur et les lâchetés, comme il l'a fait avec Requiem pour Srebrenica en 1999. Affirmant ouvertement son catholicisme et son homosexualité, il joue des paradoxes, traitant du sexe et de la foi, de la douleur et de la Joie. Parce qu'il est à la fois celui du corps et celui de l'âme, son théâtre se veut à l'échelle du monde. Au printemps de 2006, répondant à l'invitation du théâtre du Rond-Point à Paris, il est venu présenter un cycle reprenant sous le titre générique de La Grande Parade de Py, deux grandes pièces, deux contes pour enfants, une Épître aux acteurs ainsi que plusieurs chansons pour cabaret.

Les grandes pièces, ce sont Les Vainqueurs et Illusions comiques. La première entraîne le spectateur sur les traces d'un aventurier au mystérieux sourire, faux fils de roi, mais vrai travesti, assassin et escroc, captateur de fortune. Construit en un prologue et trois actes, ce voyage de dix heures s'achève avec la mort du héros, réduit à l'état de fossoyeur. La scène en est l'univers, ou plutôt la Méditerranée, des Balkans aux hauteurs de Carthage, puis de Grasse. Les mots sont crus, certaines scènes violentes. Le sado-masochisme voisine avec les préoccupations métaphysiques, la fête païenne avec le dialogue philosophique, tandis que s'élèvent les disputes sur l'homme face à Dieu, ou sur ce qu'être chrétien veut dire. L'écriture, tout en ruptures, fait la part [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « LA GRANDE PARADE DE PY (O. Py) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-parade-de-py/