LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso CampanellaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une tyrannie du bonheur

La rigueur du système est si omniprésente que la répression cède rarement à la cruauté. Les châtiments sanctionnant le mensonge, les manquements à l'entraide ou l'égoïsme consistent à éloigner les coupables de la table commune, à les priver « du commerce des femmes, ou de certains honneurs, aussi longtemps que le juge l'estime nécessaire à leur amendement ».

La justice, universellement distribuée, n'a nul besoin de recourir à la prison et au bourreau. Exceptionnellement prononcées, les condamnations à mort, appliquées par une lapidation à laquelle participe l'ensemble des citoyens, réclament l'assentiment de l'accusé, invité à reconnaître le bien-fondé de la peine encourue. Le sacrifice, prévu pour expier une faute collective, se borne à l'exposition, sur le toit du temple, d'un volontaire priant pour les péchés de tous, soumis à des privations et voué ensuite à une vocation sacerdotale.

Outre la défense de la république contre les éléments extérieurs, les guerres, soigneusement préparées par une formation militaire, répondent à la nécessité de canaliser l'agressivité et à l'empêcher de susciter des conflits internes. Rien n'est laissé au hasard. Les règles de gouvernement procèdent d'une étude des comportements, qui ne dédaigne ni l'astrologie, ni la numérologie. Si déterminantes que puissent paraître les influences extérieures, elles n'ôtent cependant pas à l'homme un libre arbitre qui le rend responsable de ses actes.

On ne peut aborder La Cité du Soleil sans réévaluer la traditionnelle identification de l'utopie à une irréalité, car il n'est pas un régime totalitaire, qu'il soit théocratique, national-socialiste ou collectiviste de type stalinien, qui n'ait fait sienne l'une ou l'autre mesure envisagée par Campanella pour régenter les êtres humains avec la perfection qui préside à l'arrangement des choses.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella  » est également traité dans :

UTOPIE (arts et architecture)

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 1 694 mots

Publiée en 1516 , L'Utopie, ou le Traité de la meilleure forme de gouvernement (trad. franç., 1550) de l'humaniste anglais Thomas More codifie pour plus de deux siècles et demi les principes du genre. Se présentant généralement comme un récit de voyage, l'utopie décrit une société parfaitement organisée, dont le fonctionnement régulier contraste avec les errements de la société réelle. Plus encor […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « L’insociable sociabilité des hommes »  : […] Cherchant un chemin entre l’égoïsme débridé et la participation de chacun à la vie de la cité, Emmanuel Kant (1724-1804) a commencé par emprunter à Bernard de Mandeville (1670-1733) – l’auteur de la Fable des abeilles (1714), qui fut un énorme succès littéraire au xviii e  siècle – l’idée paradoxale selon laquelle c’est la concurrence plutôt que la coopération qui fait vivre la société, c’est l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-du-soleil/