KYŪSHŪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peuplée de plus de 13 millions d'habitants en 2015, Kyūshū est la plus méridionale des quatre îles composant le bloc centralinsulaire du Japon. D'une superficie de 35 640 kilomètres carrés, elle doit son nom – littéralement « les neuf provinces » – aux neuf territoires qui la composaient à l'époque médiévale. En 1871, une réforme territoriale réduit ces circonscriptions aux sept départements actuels : Fukuoka, Saga et Nagasaki à l'ouest (ce dernier comprenant l’archipel des Gotō et l'île Tsushima, dans le détroit de Corée), Ōita et Kumamoto au centre (ce dernier couvrant aussi l'archipel d'Amakusa), et Miyazaki et Kagoshima au sud (dont dépendent les innombrables îles de l'archipel des Satsunan). En tant que région, Kyūshū inclut aussi le département et archipel d'Okinawa, le territoire le plus au sud du Japon, à proximité de Taïwan.

Japon : carte administrative

Carte : Japon : carte administrative

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Kyūshū est une des premières régions à avoir été occupée par les Japonais et est parfois considérée comme le berceau de la civilisation japonaise. Au xiiie siècle, l'île joue un rôle majeur dans la lutte contre les invasions mongoles venues de la péninsule de Corée et menées sur ordre de Kubilai Khan, alors empereur de Chine. En 1274, une première tentative est repoussée par les troupes japonaises grâce à une dissension interne entre les troupes mongoles et les troupes sino-coréennes. En 1281, les troupes de Kubilai, qui ont entre-temps conquis les territoires de la dynastie Song du sud de la Chine, tentent à nouveau de soumettre le Japon. Ayant fortifié les côtes ouest du Kyūshū, les Japonais repoussent l'invasion grâce à une meilleure préparation et au soutien opportun d'un typhon, baptisé ultérieurement kamikaze (« vent divin ») – événement érigé au rang de mythe national dans les années 1930 lors de la période tennō-militariste, et dont le terme fut repris pendant la guerre pour qualifier les pilotes endoctrinés affectés aux attaques-suicides.

Kyūshū est une terre de carrefour et de brassage culturel. À la fin du xvie siècle et au début de l'ère Edo (1603-1868), c'est une région d'intenses contacts avec les puissances européennes. De nombreux jésuites viennent y mener des campagnes d'évangélisation, avant d'être violemment expulsés par le pouvoir des Tokugawa, qui décide la fermeture totale du pays (période dite de sakoku, 1641-1853). Seuls les Hollandais obtiennent le droit de séjourner et de commercer dans l'îlot artificiel de Dejima, dans le port de Nagasaki, qui devient un important centre de diffusion des sciences et des techniques occidentales et chinoises, en particulier pour la médecine. Persécutée, la communauté chrétienne résiduelle du Kyūshū se réfugie dans les campagnes des actuelles préfectures de Nagasaki, Saga et Ōita, et dans de petites îles plus isolées, en particulier de l'archipel des Gotō. Kyūshū devient alors le centre des communautés des chrétiens dits « cachés ».

Porte d'entrée du Japon de l'ère médiévale, Kyūshū redevient un carrefour ouvert sur le monde et l'Occident lors de la restauration Meiji de 1868. Nombre de jeunes hommes issus des élites politiques et économiques de l'île partent alors en Europe et en Amérique du Nord pour se former à la modernité des pays industrialisés et permettre le rattrapage scientifique, technologique, militaire et économique du Japon. Sa position méridionale et sa fonction de contact expliquent les nombreuses destructions que Kyūshū subit lors de la Seconde Guerre mondiale, en particulier le bombardement atomique de Nagasaki par les Américains le 9 août 1945, qui réactive en négatif le statut historique de point de contact et porte d'entrée de la ville depuis l'étranger.

Kyūshū est une terre régulièrement touchée par de violents aléas climatiques et telluriques : typhons, séismes, éruptions volcaniques – les monts Sakurajima et Aso sont parmi les volcans plus actifs et les plus dangereux de l'archipel. Toutefois, la proximité au risque se conjugue aussi avec une source de bienfaits : l'île est célèbre pour ses sources chaudes, les onsen. Elle est aussi très réputée pour son agriculture, en raison de la qualité de son sol et de son eau. Le département de Miyazaki produit ainsi une très grande variété de fruits, dont les mangues surnommées « œuf du soleil ». Il est aussi réputé pour sa viande de bœuf. Le département de Kagoshima est connu pour ses porcs noirs. Le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KYUSHU  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'arc japonais »  : […] L'arc japonais se raccorde au sud par les Ryū kyū à Taiwan et au nord à l'arc de Sakhaline, d'une part, à l'arc des Kouriles, d'autre part. Comme les îles de l'Insulinde, les quatre grandes îles japonaises (Kyūshū, Shikoku, Honshū et Hokkaidō) sont vraisemblablement les sommets apparents de gigantesques plis sous-marins ; de même elles sont bordées à l'est par des fosses marines très profondes ( […] Lire la suite

CHŪGOKU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 835 mots
  •  • 1 média

Situé à l'extrémité sud-ouest de l'île de Honshū, à proximité de Kyūshū qui s'étend de l'autre côté du détroit de Kanmon (dit aussi de Shimonoseki), le Chūgoku est composé de cinq départements qui forment une région de 31 922 kilomètres carrés où vivent 7 438 037 habitants (2015). Signifiant « pays du milieu », le nom de la région ne doit pas être confondu avec celui de la Chine, qui s'écrit et s […] Lire la suite

FUKUOKA

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 100 mots
  •  • 1 média

Fukuoka est la plus grande ville de l'île japonaise de Kyūshū. Située au nord-ouest de celle-ci, dans l'ancienne province historique de Chikuzen, elle est également le chef-lieu du département éponyme de Fukuoka, et compte 1,567 million d'habitants (2017). Distante d'une cinquantaine de kilomètres de la ville nouvelle de Kitakyūshū, elle forme avec elle le quatrième pôle industriel du Japon, aprè […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 970 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le problème de l'ouverture de la mer du Japon »  : […] Les études géophysiques montrent que la croûte de la mer du Japon, à l'exception de certaines régions (par exemple, la ride de Yamato), est de nature océanique. Mais les anomalies magnétiques ne permettent de préciser ni l'âge ni le mode d'ouverture de ce bassin. Selon les chercheurs, l'âge de l'ouverture varie entre le Crétacé supérieur (60 Ma) et le Miocène supérieur (10 Ma). Toutefois, on ad […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le sacrifice de l'agriculture japonaise »  : […] La réforme agraire de 1946 ( Nōchi kaikaku ), qui est suscitée par les forces d'occupation américaines, touche deux millions d'hectares de terres cultivables, tandis que les forêts ne sont pas concernées. Un million et demi de « propriétaires fonciers » ( jinushi ) sont expropriés et indemnisés par l'État. La réforme agraire liquide les dernières formes de la féodalité, à l'exception des coutumes […] Lire la suite

KITAKYŪSHŪ

  • Écrit par 
  • Nicolas LEPRÊTRE
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

La ville de Kitakyūshū (littéralement « Nord-Kyūshū ») est située sur l’île de Kyūshū, le long de la baie de Dōkai. Elle est reliée à l’île de Honshū par deux tunnels et un pont suspendu traversant le détroit de Shimonoseki. Il s’agit de la deuxième ville du département de Fukuoka (961 800 hab. en 2015) après la ville du même nom. Sa forme actuelle et son nom ont été officialisés en 1963 lors de […] Lire la suite

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 712 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La frontière ouest de la plaque Philippines »  : […] Rappelons que la limite nord de la plaque Philippines est définie par le fossé de Sagami entre la limite des fosses des Bonin et du Japon et le mont Fuji. Une virgation brutale de la frontière autour de la péninsule d'Izu et le long du fossé de Suruga constitue la pointe nord de la plaque Philippines. Le fossé de Suruga se prolonge vers le sud-ouest par le fossé de Nankai qui représente la trace […] Lire la suite

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 703 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Japon »  : […] Depuis vingt-cinq ans, les progrès des fouilles archéologiques au Japon et l'étude comparative de leurs résultats avec ceux qu'ont obtenus sur le continent asiatique les savants russes et chinois ont considérablement modifié les données établies avant la Seconde Guerre mondiale. Cet article qui a été rédigé en 1972 ne rend évidemment pas compte des développements de l'archéologie japonaise. L'exis […] Lire la suite

UNZEN ou UNZENDAKE MONT

  • Écrit par 
  • Georges MOTTAY
  •  • 454 mots

Le mont Unzen, volcan du Japon situé dans la péninsule de Shimabara, sur la côte ouest de l'île de Kyūshū, fait partie de l'arc volcanique résultant de la subduction de la plaque Philippines sous la plaque Eurasie au niveau de la fosse de Nankai-Suruga, profonde de 4 500 mètres environ. Il culmine à une altitude de 1 360 mètres et recouvre des sédiments et des laves tertiaires probablement pliocèn […] Lire la suite

Les derniers événements

25 août 2021 Japon. Condamnation à mort d'un chef de gang de yakusas.

Le tribunal de Fukuoka, dans l’île de Kyūshū, condamne à mort Satoru Nomura, chef du Kudō-kai, un gang de yakusas basé à Kitakyūshū, dans la même préfecture, pour quatre actes de violence survenus entre 1998 et 2016, dont l’un a causé la mort du patron d’une coopérative de pêche. Le numéro deux du gang, Fumio Tanoue, est condamné à la prison à perpétuité. […] Lire la suite

7 avril 2018 Japon. Inauguration d'une brigade de défense marine.

Les Forces japonaises d’autodéfense inaugurent leur première brigade de déploiement rapide amphibie basée à Sasebo, dans l’île de Kyūshū, qui est destinée à répondre à une éventuelle menace sur les îles de la mer de Chine orientale, dont certaines sont revendiquées par Pékin et Taipei. Cette brigade, qui doit compter à terme trois mille hommes, doit être équipée d’avions et de véhicules d’assaut amphibies. […] Lire la suite

4 février 1994 Japon. Succès du premier lanceur de satellite nippon

En réussissant le lancement de la fusée commerciale H-2 – entièrement japonaise – depuis la base de Tanegashima, dans l'île de Kyūshū, le Japon acquiert la capacité de placer des satellites sur orbite, après les États-Unis, la Russie, l'Europe et la Chine. Exploitant les technologies les plus avancées, la fusée H-2, développée depuis 1983, n'est toutefois pas encore commercialement compétitive. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « KYŪSHŪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kyushu/