FUKUOKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fukuoka est la plus grande ville de l'île japonaise de Kyūshū. Située au nord-ouest de celle-ci, dans l'ancienne province historique de Chikuzen, elle est également le chef-lieu du département éponyme de Fukuoka, et compte 1,567 million d'habitants (2017). Distante d'une cinquantaine de kilomètres de la ville nouvelle de Kitakyūshū, elle forme avec elle le quatrième pôle industriel du Japon, après celui du Kantō (autour de Tōkyō et de Yokohama), du Chūbu (autour de Nagoya) et du Kansai (autour de Kōbe-Osaka), ces deux derniers étant de poids à peu près similaire. Dans les années 2010, la ville, particulièrement dynamique, dépasse en nombre d'habitants Kyōto puis Kōbe.

Japon : carte administrative

Carte : Japon : carte administrative

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Historiquement, Fukuoka est issue de la fusion, en 1889, de deux entités : la ville seigneuriale de Fukuoka à proprement parler, à l'ouest, et la ville des marchands et des artisans de Hakata, à l'est. La Fukuoka médiévale est de fondation ancienne. Elle accueille jusqu'en 663 le siège régional du gouvernement impérial, avant qu'il ne soit déménagé à Dazaifu, à une quinzaine de kilomètres au sud de la ville. Ce dernier avait deux fonctions : superviser l'administration de Tsukushi (ancien nom de l'île de Kyūshū) ; accueillir les ambassades étrangères (dont celles de Chine et de Corée). Fukuoka était ainsi au viie siècle l'un des centres militaires et administratifs les plus importants du pays. Fief de la province de Chikuzen, Fukuoka est par la suite structurée en jōkamachi typique, littéralement « ville sous le château ». La construction de ce dernier commença en 1601, sous l'autorité du daimyō de l'époque, Kuroda Nagamasa. Autrefois peuplée de samouraïs et de guerriers, cette partie historique de l'actuelle ville de Fukuoka est parfois appelée Tenjin, et héberge à présent de nombreux centres commerciaux et les principales rues commerçantes de l'agglomération. De nos jours, la dichotomie reste vive entre Tenjin à l'ouest et Hakata à l'est, d'autant que la partie est, pourtant roturière, s'est plus développée, sur le plan économique, que la partie ouest, aristocratique. À ce titre, la gare centrale de Fukuoka s'appelle ainsi « gare de Hakata ». Le dialecte local, dit « Hakata-ben », reflète également la permanence des identités au-delà des fusions administratives.

Composée de sept arrondissements (Higashi, Hakata, Chūō, Minami, Jōnan, Sawara et Nishi), la ville connaît dans les années 2000 et 2010 un important dynamisme démographique par rapport aux autres métropoles de Kyūshū. Pourtant, le pôle industriel Fukuoka-Kitakyūshū est en légère perte de vitesse comparativement aux trois autres grandes régions du pays. Fukuoka reste toutefois la cinquième métropole japonaise en ce qui concerne le nombre d'entreprises. À l'échelle nationale, la ville concentre 1,4 p. 100 des entreprises totales du pays, et 1,5 p. 100 des emplois. Au niveau local, Fukuoka a un poids prépondérant dans son département sans être macrocéphale, avec un tiers des entreprises et des emplois totaux, ce qui en fait incontestablement un pôle d'envergure régional.

Le rayonnement régional de Fukuoka se confirme avec l'attractivité de ses universités, au premier rang desquelles se trouve la prestigieuse université de Kyūshū, institution publique fondée en 1903 qui draine une partie des élites étudiantes de l'île. Elle n'est toutefois pas de rang comparable aux établissements tokyotes, qui attirent de plus en plus de bacheliers venant de tout le Japon, ou encore aux grandes universités du Kansai (dont l'université de Kyōto) et du Chūbu. Pourtant, à l'international, Fukuoka se situe à un carrefour entre le Japon, la péninsule de Corée, toute proche, la Chine continentale, et Taïwan. Elle héberge ainsi une importante communauté chinoise (première communauté étrangère de la ville), mais aussi coréenne, vietnamienne, philippine et – plus surprenant – népalaise (à la troisième place des étrangers les plus nombreux). Les Occidentaux, quelques centaines par grands pays, sont plus éparpillés et plus rares. Cette position de carrefour, si elle n'a pas véritablement bénéficié au développement des activités portuaires, très modestes, a grandement contribué à la croissance de l'aéroport. Les autorités, qui ont déjà réussi à faire de l'aéroport de Fukuoka le principal hub de Kyūshū, cherchent à en faire un hub majeur pour l'Asie orientale.

La position de carrefour, si elle constitue un atout dans un monde globalisé, entraîne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FUKUOKA  » est également traité dans :

KITAKYŪSHŪ

  • Écrit par 
  • Nicolas LEPRÊTRE
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

La ville de Kitakyūshū (littéralement « Nord-Kyūshū ») est située sur l’île de Kyūshū, le long de la baie de Dōkai. Elle est reliée à l’île de Honshū par deux tunnels et un pont suspendu traversant le détroit de Shimonoseki. Il s’agit de la deuxième ville du département de Fukuoka (961 800 hab. en 2015) après la ville du même nom. Sa forme actuelle et son nom ont été officialisés en 1963 lors de […] Lire la suite

Les derniers événements

25 août 2021 Japon. Condamnation à mort d'un chef de gang de yakusas.

Le tribunal de Fukuoka, dans l’île de Kyūshū, condamne à mort Satoru Nomura, chef du Kudō-kai, un gang de yakusas basé à Kitakyūshū, dans la même préfecture, pour quatre actes de violence survenus entre 1998 et 2016, dont l’un a causé la mort du patron d’une coopérative de pêche. Le numéro deux du gang, Fumio Tanoue, est condamné à la prison à perpétuité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « FUKUOKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fukuoka/