KOSTIENKI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le complexe de gisements découverts, dès 1879, à Kostienki, sur la rive droite du Don, à une trentaine de kilomètres de Voronej, en Russie, et fouillés depuis à diverses reprises (notamment par P. P. Efimenko, P. I. Boriskovski et N. D. Praslov), apporte des données capitales pour la connaissance du Paléolithique supérieur en Europe centrale et orientale.

Ces sites d'habitat sont représentatifs du type de la demeure semi-souterraine aménagée dans le loess et souvent consolidée par des os de mammouth par l'homme paléolithique des plaines orientales et centrales de l'Europe. Ils ont été numérotés de I à XXI, mais certains sont mieux connus sous le nom qui leur a été donné. Poliakov (ou Kostienki I) comportait cinq niveaux d'occupation (comme divers autres des sites de Kostienki). La plus ancienne couche correspondait au faciès culturel dit Kostienkien ; le matériel en a été récolté dans les vestiges d'une habitation circulaire de 5 mètres de diamètre environ, à foyer central unique, au sol couvert de sable ocré. Les pointes dites pointes de Markina Gora (pointes foliacées triangulaires, à base concave, retouchées sur les deux faces), associées à des racloirs de type moustérien, caractérisent ce niveau ancien qui correspond probablement à la période de transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur. Le niveau 4, quoique plus récent, a livré peu de matériel : restes de cheval, fragments de mammouth, silex ocrés. Les niveaux 3 et 2 ont livré un matériel comparable à celui de l'Aurignacien de l'Europe occidentale (des gisements de Dordogne et autres). Le niveau 1, le plus récent, renfermait une zone de 35 sur 15 mètres, aux neuf foyers alignés sur son grand axe et deux foyers en bordure. À la périphérie de cette zone, seize fosses ont été interprétées comme des habitations, dont la voûte était maintenue par des défenses et des os de mammouths. L'industrie lithique comprend des burins, des grattoirs, des couteaux et des pointes de Kostienki (pointes longues, à fines retouches, amincies à la partie inférieure). L'industrie osseuse comprend des alènes, des aiguilles, des pointes, des bâtons ornés, etc. L'art, très riche, comprend des figurines féminines et animales, en ivoire ou en calcaire trouvées dans ce niveau d'habitat. Les datations au carbone 14 fixent leur ancienneté de 21300 (± 400) à 24100 (± 500) BP.

Alexandrovka (ou Kostienki IV), dont les deux niveaux ont été fouillées en 1927-1928 par Zamiatkine puis en 1937-1938, a donné, au niveau supérieur, des pointes à cran du type de Kostienki, de nombreux objets de parure et des figurines zoomorphes sculptées en calcaire ; et, au niveau inférieur, un peu plus ancien, deux longues zones disposées parallèlement, de 34 et de 23 mètres de longueur, comportant respectivement dix et neuf petites fosses remplies de cendre et interprétées comme des foyers. Il n'y a pas d'habitation en fosse comme à Kostienki I, mais on a retrouvé une industrie lithique (pointes de types variés, burins, etc.) et une industrie osseuse (poinçons, pointes, etc.), une faune abondante (mammouth, cheval), mais dépourvues d'objets d'art et de pointes de Kostienki.

M. M. Guerassimov a étudié les sépultures découvertes en divers points du complexe de Kostienki. Le niveau 3 de Markina Gora (ou Kostienki XIV) renfermait le squelette d'un homme adulte, couché sur le côté gauche, bras et jambes repliés, recouvert d'ocre. Il est très différent du squelette de Kostienki II découvert dans une sépulture d'époque magdalénienne, qui a été étudiée par Boriskovski (1953-1956). Cette tombe était creusée contre une structure d'habitat dont la charpente était constituée par des côtes de mammouth. La chambre funéraire reproduisait la demeure ; le sol aplani était saupoudré d'ocre. Le squelette d'un homme adulte de plus de cinquante ans aurait été enterré en position assise, les membres repliés sur la poitrine. Aucun objet n'accompagnait ces deux inhumations, tandis que la tombe (également individuelle), creusée contre une autre demeure circulaire à Kostienki XV, renfermait, sous un grand fragment d'omoplate de mammouth, auprès d'un enfant de cinq ou six ans, un important mobilier lithique et osseux ainsi que des éléments de parure (150 dents de renard dont une seule était perforée) et beaucoup d'ocre rouge. Les datations au carbone 14 obt [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômée de l'École du Louvre, diplômée d'études supérieures, École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  KOSTIENKI  » est également traité dans :

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 355 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique supérieur »  : […] Vers — 35 000 ans, l'homme de Neandertal est définitivement remplacé par l' Homo sapiens dans toutes les régions du monde. Le Paléolithique supérieur se développe en Europe durant les deux dernières phases du Würm et se termine avec la fin de cette glaciation, aux environs de 10 000 ans avant notre ère. Si cette période est caractérisée par le développement d'un art extrêmement complexe et la di […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Thérèse BOINAIS, « KOSTIENKI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kostienki/