HAMSUN KNUT (1859-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture épique de la société

Rêveurs annonçait d'ailleurs un net infléchissement de l'inspiration, ainsi qu'en témoignent Benoni (1908) et Rosa (1908). L'opposition s'y accuse entre le milieu patriarcal du Nordland où la nature fournit travail, joies et peines, et le capitalisme urbain mais cette fois un souffle épique soulève la description de la vie paysanne, « la seule source », « la vie éternelle ». D'ailleurs Hamsun, qui épouse en 1909 Marie Andersen (elle aussi sera écrivain renommé) met ses théories en action. Il achète une ferme qu'il veut modèle et chante dans le roman qui lui vaudra le prix Nobel, en 1920, Les Fruits de la terre (Markens grøde, 1917). Ici, tout comme dans Enfants de l'époque (Børn af Tiden, 1913) et La Ville de Segelfoss (Segelfoss by, 1915), qui fait la critique de la « civilisation » en montrant les conséquences lamentables ou grotesques du passage de Segelfoss de l'état de village à celui de ville, la verve caustique est tempérée par l'indulgence et l'humour tandis que l'art, où les élans lyriques se mêlent à l'épopée, atteint son apogée.

La fin de l'œuvre est inégale. La rage satirique défigure Femmes à la fontaine (Konerne ved vandposten, 1920) et Le Dernier Chapitre (Siste Kapitel, 1923) ; l'inspiration hésite entre la condamnation du personnage paradoxal d'August (Vagabonds [Landstrykere], 1927, August, 1930, Mais la vie continue [Men livet lever], 1933), hâbleur, déraciné, rêveur qui retrouve le héros de Pan, et, au contraire, son exaltation (Le Cercle s'est refermé [Ringen sluttet], 1936).

C'est que la passion vient de prendre une teinte politique et idéologique de goût douteux. On vient de voir que, plus il avançait en âge, plus Hamsun affirmait sa haine de la démocratie, sa sympathie pour les formes autoritaires de gouvernement ; en même temps, à une aversion de toujours contre l'Angleterre s'ajoutait une admiration grandissante pour l'Allemagne.

Est-ce l'influence de Nietzsche, est-ce un certain type de romantisme faussement wagnérien que l'on décèle déjà dans La Ville de Segelfoss, est-ce la conviction sincère que la mystiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  HAMSUN KNUT (1859-1952)  » est également traité dans :

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le jeu du moi et des autres (1890-1914) »  : […] À partir de 1890 et pour quelque vingt-cinq ans, deux mouvements parallèles se dessinent. L'un, qui tient du néo-romantisme et du symbolisme, s'intéresse aux mystères de la psychologie humaine, aime la fantaisie en art, quête dans la nature et dans la culture toutes les formes possibles de religiosité. Le roman cède ici le pas au lyrisme, et le drame social à la rêverie poétique. L'autre, dicté pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_12158

PAN, Knut Hamsun - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 686 mots

Pan , l'un des romans les plus connus de l'écrivain norvégien Knut Hamsun (1858-1952), Prix Nobel en 1920, met en scène un personnage que l'on retrouve souvent dans son œuvre, celui du vagabond en rupture avec l'époque moderne, et qui sait faire preuve, inlassablement, de fantaisie et de poésie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pan/#i_12158

Pour citer l’article

Régis BOYER, « HAMSUN KNUT - (1859-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/knut-hamsun/