KIROV SERGUEÏ MIRONOVITCH KOSTRIKOV dit (1886-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'assassinat, le 1er décembre 1934, de Kirov, c'est-à-dire de celui-là même qui était considéré comme le dauphin de Staline, donna le coup d'envoi aux grandes purges staliniennes (procès de Moscou).

Révolutionnaire « de l'intérieur », c'est en 1904 que Kirov commence à militer en Sibérie dans le P.O.S.D.R. (Parti ouvrier social-démocrate de Russie), alors qu'il entreprend des études de technologie. Il participe à la révolution de 1905 à Tomsk avec les ouvriers des chemins de fer. C'est la tentative de mise sur pied d'une imprimerie clandestine qui motive non seulement son arrestation mais aussi le changement de son domaine d'activité, qui se transporte dans le Caucase où il est, après la révolution de Février, l'un des dirigeants de l'organisation menchevique-bolchevique de Terek. Membre du comité exécutif du soviet de Vladicaucase, chargé d'assurer la défense d'Astrakhan, membre du bureau caucasien du comité central depuis avril 1920, il est nommé le mois suivant ambassadeur de Russie soviétique en Géorgie. Membre du présidium du bureau caucasien du comité central, secrétaire du Parti communiste azerbaïdjanais, il fait de Bakou son fief. Son ascension dans l'appareil est fulgurante : élu candidat au comité central au Xe congrès en 1921, il en sera membre en 1923 et fait partie de l'équipe de Staline. Il prend une part active à la lutte contre les oppositions et, en 1925, Staline le met à la tête de la puissante organisation de Leningrad pour qu'il l'épure des éléments oppositionnels. Suppléant du bureau politique depuis 1927, il en devient membre en 1930. En 1932, il semble que Kirov prenne la tête au sein du bureau politique d'une opposition qui, mécontente de la mainmise de l'appareil policier sur celui du parti, envisageait de destituer Staline du poste de secrétaire général. Très populaire dans le parti, Kirov est élu au xviie congrès en 1934 au nombre des quatre secrétaires du comité central. L’assassinat de Kirov, derrière lequel on voyait la main de Staline, fut un acte isolé qui servit de prétexte à Staline pour déclencher les purges.

—  Georges HAUPT

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  KIROV SERGUEÏ MIRONOVITCH KOSTRIKOV dit (1886-1934)  » est également traité dans :

STALINIENNES PURGES

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 783 mots
  •  • 1 média

Difficilement dissociables du stalinisme dans la mesure où elles en constituent la structure significative, les purges staliniennes ont connu plusieurs vagues de dimensions et de significations différentes. Elles ont été pour Staline le moyen de s'assurer le pouvoir absolu. Plongeant le pays dans un climat de terreur et de suspicion policière, elles détruisaient toute possibilité d'extension d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purges-staliniennes/#i_42696

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Socialisme et terreur (1934-1939) »  : […] Le 26 janvier 1934 s'ouvre le XVII e  congrès du parti, chargé de dresser le bilan du Grand Tournant. Plus encore que les précédents, ce congrès marque le triomphe de Staline. Le bureau politique, d'où les derniers opposants à la ligne stalinienne ont été écartés, est domestiqué ; les anciens opposants ralliés célèbrent unanimement la construction du socialisme grâce à la sagesse du guide Staline, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_42696

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'annexion par la Russie et la renaissance nationale »  : […] À la suite de raids de montagnards lesghiens qui venaient du Daghestan, Irakli se vit contraint de prendre une attitude prorusse, surtout pour des raisons d'ordre économique. Le 24 juillet 1783, il conclut avec Catherine II la Grande le traité de Georgievsk, par lequel la Russie garantissait l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Géorgie, Irakli reconnaissant la suzeraineté de la Russie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_42696

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « KIROV SERGUEÏ MIRONOVITCH KOSTRIKOV dit (1886-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirov/