MORITZ KARL PHILIPP (1727-1793)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain allemand né à Hameln, le 15 septembre 1727, Karl Philipp Moritz est mort à Berlin le 26 juin 1793. Le milieu modeste où il est né, son enfance pauvre d'apprenti errant sur les routes d'Allemagne l'ont définitivement marqué. Il fréquente tant bien que mal diverses « écoles de latin », voit dans le théâtre le moyen d'une ascension sociale et d'une libération psychologique. Nommé en 1789 professeur d'archéologie à l'Académie des arts de Berlin sur la recommandation de Goethe, il laisse une œuvre théorique immense sur les beaux-arts, la prosodie, de nombreux récits de voyage. On ne peut citer ici que quelques textes comme Über die bildende Nachahmung des Schönen, 1786 (De l'imitation figurative du beau) ; Götterlehre, oder mythologische Dichtungen der Alten, 1791 (Mythologie, ou les Poésies mythologiques des Anciens) ; Versuch einer deutschen Prosodie, 1786 (Essai de prosodie allemande), ce dernier essai annonçant tout à fait les recherches, dans le même domaine, des frères Grimm ou de F. A. Schlegel. L'essentiel de l'œuvre de Karl Philipp Moritz est ailleurs et tient en un seul roman, Anton Reiser, ein psychologischer Roman, publié en quatre parties successives entre 1785 et 1790.

Le seul sous-titre, « roman psychologique », annonce la nouveauté du propos : écrire l'« histoire intérieure » d'un être dont « le sentiment est étouffé par la bourgeoisie ». Le champ d'investigation psychologique et littéraire propre à Moritz est celui d'une introspection douloureuse, prolongeant celle du Jean-Jacques Rousseau des Confessions, d'une oscillation jamais résolue entre ce que Moritz appelle lui-même la contraction et l'extension du moi, le processus de sa décomposition, son « manque d'existence », sa « secabilité ». Karl Philipp Moritz avait subi dès sa petite enfance l'influence du quiétisme de Mme Guyon, dont la doctrine préconise l'extinction du moi pour accéder à Dieu. Il crut dénoncer lucidement les ravages de cette doctrine sur les âmes enfantines comme celle de son « héros » et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORITZ KARL PHILIPP (1727-1793)  » est également traité dans :

ANTON REISER, Karl Philipp Moritz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 891 mots

Longtemps oublié, Karl Philipp Moritz (1727-1793) est désormais un auteur reconnu à sa juste valeur : ses écrits esthétiques (notamment l'essai De l'imitation formatrice du beau ) et surtout Anton Reiser séduisent un public de plus en plus nombreux. Moritz fait partie de ces voyageurs curieux que produisit le xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-reiser/#i_92656

JEAN PAUL, JOHANN PAUL FRIEDRICH RICHTER dit (1763-1825)

  • Écrit par 
  • Bernard LORTHOLARY
  •  • 2 407 mots

Dans le chapitre « Un génie de la digression »  : […] Johann Paul Friedrich Richter (qui signera plus tard Jean Paul, sans doute en mémoire de Jean-Jacques) naît et grandit dans des bourgades du nord-est de la Bavière, en Franconie, où son père, luthérien rigoureux, tient d'humbles emplois de maître d'école, d'organiste, de pasteur. Le romancier commémorera souvent ce cadre et ce milieu, quitte à l'idéaliser, et l'enfant restera terriblement marqué p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-richter/#i_92656

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, « MORITZ KARL PHILIPP - (1727-1793) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-philipp-moritz/