LAGERFELD KARL (1933-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« C'est jaune, c'est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie ! » affirmait Karl Lagerfeld qui avait, pour sensibiliser les automobilistes, revêtu l'affreux gilet jaune imposé par la Sécurité routière en 2008. Avec ses lunettes noires, son catogan, ses mitaines et ses bagues rock'n roll, il futsans aucun doute le créateur de mode le plus médiatisé, le plus médiatique aussi. Son phrasé rapide, haché, les slogans percutants qu'il déversait comme des oracles sont devenus une véritable signature, comme l'était l'éventail derrière lequel il masquait jadis ses rondeurs. Stéréotype de lui-même, dandy absolu, adepte des changements les plus extrêmes sans pour autant dévier du style qu'il s'est façonné, ce travailleur infatigable était aussi un surprenant touche-à-tout. Au-delà de ses engagements surprenants (comme devenir l'« égérie » de Coca-Cola), il régna sur la mode au sens le plus large pendant plus d'un demi-siècle.

Né à Hambourg (Allemagne) le 10 septembre 1933 dans une famille d'industriels, Karl Otto Lagerfeldt (vraie orthographe de son patronyme) manifeste très tôt des aptitudes artistiques. Une éducation cosmopolite et un don pour les langues lui permettent de venir à Paris pour y compléter son éducation. Un an après son arrivée, en 1954, il remporte, ex aequo avec Yves Saint Laurent, le concours du Secrétariat international de la laine qui va lui ouvrir les portes de la couture. Pierre Balmain réalise le manteau primé et l'engage en tant que styliste, une profession à l'époque balbutiante. En 1958, il entre chez Jean Patou où il assume la responsabilité du studio de couture jusqu'en 1963. Jouissant d'une relative liberté, il profite de ses loisirs pour sortir, mais surtout pour étudier l'histoire, l'architecture, la musique et développe un goût très prononcé pour le xviiie siècle. Si sa culture encyclopédique s'enracine dans le passé, son activité, en revanche, le pousse en plein cœur du remaniement qui s'opère dans le secteur de la mode à l'orée des années 1960. Il va même en devenir l'un des principaux acteurs, œuvrant non plus uniquement pour la haute couture, mais aussi pour le prêt-à-porter. Créateur mercenaire, il prête son talent à des industriels français, italiens, britanniques ou allemands et dessine des collections de textiles, de vêtements et d'accessoires pour Timwear, Krizia, Charles Jourdan, Mario Valentino ou, dès 1964, pour Chloé, marque à laquelle il restera fidèle pendant vingt ans et dont il s'occupera de nouveau de 1992 à 1997. Loin d'être exclusive, cette fidélité est partagée avec les sœurs Fendi dont il modernise le prêt-à-porter et surtout les collections de fourrure.

Avec quelques autres pionniers – Emmanuelle Khanh, Christiane Bailly, Michèle Rosier, Gérard Pipart, Jacques Delahaye ou Daniel Hechter – le styliste Karl Lagerfeld joue donc un rôle déterminant dans la transformation d'un prêt-à-porter, qui soudain devient créatif. Dans un contexte de mondialisation croissante de l'économie, le créateur de mode contribue à la montée en puissance d'un groupe de luxe : en 1983, il devient directeur artistique de la Maison Chanel pour la couture, le prêt-à-porter et les accessoires. Un vent de modernité et d'impertinence souffle dès lors sur cette maison qui périclitait depuis le décès de sa fondatrice, mais dont le succès et l'expansion ne se démentiront plus. Cumulant les directions artistiques (outre Chanel, il collabore simultanément avec Fendi et Chloé), Karl Lagerfeld crée sa propre marque en 1984. Elle disparaîtra en 1997 avant de renaître l'année suivante sous le nom de Lagerfeld Gallery. En 2004, il n'hésite pas à mettre son talent et son nom au service du plus grand nombre en créant une collection de trente modèles pour H&M. La communication est orchestrée comme pour une collection de luxe, mais il s'agit de produits bon marché. C'est un immense succès, entaché seulement par une pénurie savamment organisée contre laquelle le créateur de mode s'insurge. Par ce nouveau fait d'armes, il prouve à quel point sa flexibilité, son attention à l'air du temps et son goût du changement lui ont permis de toujours s'adapter aux grandes mutations du système de la mode.

Karl Lagerfeld

Photographie : Karl Lagerfeld

En 1983, Karl Lagerfeld devient le directeur artistique de Chanel. Après une étude minutieuse des archives de la Maison, il présente en 1984 la collection d'hiver. Prodigieux dessinateur et bourreau de travail, il bouleverse les codes de la célèbre griffe – le tailleur, la robe noire, le... 

Crédits : John van Hasselt/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Boulimique d'activités et prodigieux dessinateur, Karl Lagerfeld a œuvré à la création de costumes de théâtre et de cinéma et, comme rien de c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAGERFELD KARL (1933-2019)  » est également traité dans :

AGHION GABY (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 383 mots

La créatrice française Gaby Aghion fonda en 1952 la maison de mode Chloé, qui introduisit le prêt-à-porter dans le monde parisien de la haute couture des années 1950. Gabrielle Hanoka naît à Alexandrie (Égypte) le 3 mars 1921. De sa famille aisée qui suit l’actualité de la mode, elle reçoit une éducation d’influence française. En 1945, elle s’installe avec son mari, le militant communiste Raymond […] Lire la suite

CHANEL GABRIELLE dite COCO (1883-1971)

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  •  • 1 702 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'émancipation du corps de la femme »  : […] À l'annonce de la Seconde Guerre mondiale, cette femme au parcours singulier, reconnue dans le monde entier et qui a su donner ses lettres de noblesse à toute une profession ferme sa maison de couture et demeure au Ritz. Après une retraite en Suisse d'une quinzaine d'années, Chanel, qui a 71 ans, mais comprend mieux que quiconque les exigences d'une vie active, rouvre sa maison en 1954. À la supr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine ORMEN, « LAGERFELD KARL - (1933-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-lagerfeld/