KROLOW KARL (1915-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Hanovre, Karl Krolow a vécu de sa plume à partir de 1956, après avoir suivi, à Göttingen et Breslau, des études supérieures de langues et de littératures romanes et germaniques. Il est un grand nom du lyrisme allemand contemporain. Membre de l'Académie bavaroise des beaux-arts, de l'Académie allemande de langue et littérature, il reçoit en 1956 le prix Georg Büchner, l'une des plus hautes distinctions littéraires en R.F.A.

Krolow appartient à la génération des poètes de l'« après-Auschwitz ». Il s'est affirmé depuis 1945 au gré d'une production régulière et ininterrompue. Ses titres les plus significatifs sont : Les Signes du monde (Die Zeichen der Welt, 1952), Vent et Temps (Wind und Zeit, 1954), Jours et Nuits (Tage und Nächte, 1956), Corps étrangers (Fremde Körper, 1959), Invisibles Mains (Unsichtbare Hände, 1962), Paysages pour moi (Landschaften für mich, 1966), Poèmes de tous les jours (Alltägliche Gedichte, 1968), Rien d'autre que vie (Nichts weiter als Leben, 1970), etc.

Les premiers poèmes de K. Krolow lui ont valu d'être classé dans l'école du « lyrisme de la nature » (Naturlyrik), inaugurée par Wilhelm Lehmann, Oskar Loerke et Elisabeth Langgässer. L'invocation à la terre : (« la terre qui fume / d'épices fortes ») — si fréquente chez lui —, est exigence d'une parole authentique. Mais l'originalité de Krolow se révèle dans une hardiesse, une profusion métaphorique héritée du surréalisme de Paul Eluard et de Federico García Lorca. Le poète est, tel Robinson naufragé sur son île, entouré des mots « qui bourdonnent à l'oreille / comme cigales et abeilles ». Mais Krolow reste conscient de la vanité de l'églogue idyllique.

Au fil des recueils les plus récents, on assiste à une évolution du lyrisme de Krolow. Le poète abandonne la forme élégiaque qui repose sur une immédiateté au monde, une identification entre le sujet et les choses, pour un langage délibérément « laconique ». Il n'y a plus de paysage innocent. Une culture oblitère obstinément la nature. La syntaxe tend à se crisper en constructions nominales. S [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KROLOW KARL (1915-1999)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les années 1950-1965 : les liens du présent et du passé »  : […] Le renouvellement s'effectue, dans les années cinquante, grâce à la génération rassemblée, sans organisation rigide, autour du Groupe 47. Refusant les idéologies, ces écrivains veulent affronter la réalité de la « reconstruction adenauerienne » où ils analysent les survivances morales du passé. C'est l'ère d'un « réalisme critique » où la description sociologique s'allie aux recherches formelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_80440

Pour citer l’article

Jean-Jacques POLLET, « KROLOW KARL - (1915-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-krolow/