SCHINKEL KARL FRIEDRICH (1781-1841)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Schinkel, qui apparaît aujourd'hui comme l'architecte allemand dominant de son siècle, est né à Neuruppin (Brandebourg). Il a laissé une œuvre à multiples facettes comportant notamment, en dehors de ses réalisations et de ses projets architecturaux, des peintures (jusqu'en 1825 : La Grèce à l'époque de sa floraison), des décors de théâtre, du mobilier, ainsi que des études archéologiques et théoriques (Karl Friedrich Schinkel, 1781-1841, catal. d'expos., Berlin-Est, 1980, et Karl Friedrich Schinkel, Architektur, Malerei, Kunstgewerbe, catal. d'expos., Berlin-Ouest, 1981). Sa conception d'une architecture que l'on peut qualifier de néo-grecque s'inspire autant de l'Antiquité, de l'époque gothique que de la révolution industrielle anglaise (voyage de 1826). Elle a constitué la référence de toute l'école berlinoise, et plus particulièrement de Hitzig et Stüler.

À partir de 1797, il est élève de David Gilly et de son fils, Friedrich, dont le projet de monument à Frédéric le Grand marque l'avènement du néo-classicisme prussien. En 1799 il suit l'enseignement de Gentz, de Langhans, de Hirt à l'École d'architecture de Berlin. Un voyage en Italie entre 1803 et 1804 le conduit à Rome, à Naples et en Sicile (en 1824 il effectue un second voyage en Italie). Dès 1806, il signe des peintures pour des dioramas et panoramas, dont celui de Palerme en 1808 et Les Sept Merveilles du monde en 1813. Parallèlement, il exécute de nombreuses peintures de paysages proches du style de Friedrich et de Runge, où il apparaît comme un partisan du néo-gothique. Son projet d'un monument en forme de cathédrale pour commémorer les guerres de libération de 1814 en représente l'aboutissement. Sa carrière au sein de l'administration des travaux publics de Berlin débute en 1810 grâce à Wilhelm von Humboldt qui l'introduit auprès de la famille royale. En 1815, il est nommé conseiller supérieur et s'occupe à ce titre non seulement de la transformation de la capitale (son pre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SCHINKEL KARL FRIEDRICH (1781-1841)  » est également traité dans :

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « À la recherche d'une architecture »  : […] Dans le vaste mouvement européen de l'« art nouveau », l'éphémère Jugendstil rechercha la rupture avec le passé. « Réactionnaire et bourgeois », le mouvement, qui en dernière analyse « se résout en un véritable épiphénomène », ne put, il est vrai, assumer pleinement cette rupture ; du moins stimula-t-il les recherches de cette architecture nouvelle que Behrens prônait résolument. La carrière d'arc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-behrens/#i_4823

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du « grec » au « gothique » »  : […] Les développements de l'architecture de la Renaissance disent assez que la référence – essentiellement culturelle, « humaniste » – à l'Antiquité aura joué dans un sens productif, et sans donner cours, sauf exception, au pastiche, où se complairont au contraire nombre des architectes du xix e  siècle, parmi les meilleurs. Et quant à l'architecture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme-art/#i_4823

MUSÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • André DESVALLÉES, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 13 792 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Exploitation »  : […] Tandis qu'au xix e  siècle les musées s'adressaient à un public restreint d'amateurs, de connaisseurs et d'artistes, à partir du xx e  siècle, ils sont utilisés, non seulement pour servir au progrès des connaissances humaines, mais pour seconder l'enseignement et enfin concourir à l'éducation pop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/museologie/#i_4823

Pour citer l’article

Werner SZAMBIEN, « SCHINKEL KARL FRIEDRICH - (1781-1841) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-friedrich-schinkel/