KANGRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La domination moghole

En 1009, le musulman Maḥmūd, de Ghaznī, s'empara du fort de Kāṅgrā, mais cette occupation ne dura guère. C'est seulement au xvie siècle que l'empereur moghol Akbar (1556-1605) soumit tous les rois de cette contrée. Cependant, le fort de Kāṅgrā ne tomba aux mains des Moghols qu'en 1620, sous le règne de Jahāngīr ; cette mainmise dura jusqu'en 1783, date à laquelle le souverain Sansar Chand de Kāṅgrā, qui, jusqu'à cette date, reconnaissait le pouvoir moghol, se rendit indépendant.

Les Moghols intervinrent peu dans les affaires des États qui purent garder leur système administratif et poursuivre leurs luttes intestines. Les souverains locaux durent simplement envoyer les jeunes princes à la cour de Delhi, garantissant ainsi la fidélité de leurs pères. Ce fait eut une grande importance au point de vue culturel et artistique, car ces princes s'éprirent de l'art moghol et, bien souvent, ramenèrent des artistes moghols à leur cour.

Les rapports des Moghols et des princes rājput (hindous d'origine) se dégradèrent sous le règne d'Aurangzeb (1658-1707), car ceux-ci ne purent supporter l'intransigeance religieuse de ce musulman convaincu.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : licenciée ès lettres, chargée de mission au musée Guimet

Classification


Autres références

«  KANGRA  » est également traité dans :

RĀJPUT ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON
  •  • 2 071 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La peinture pahārī »  : […] La plus ancienne école de l'art pahārī est celle de Basohli, dont les premiers témoignages remontent à la fin du xvii e  siècle (illustration d'un rāsamangari , « Histoire du héros et de l'héroïne », 1690). La vigueur des tons employés, avec prédominance du rouge et du jaune (symbole de l'intensité des sentiments éprouvés par les protagonistes), les gestes saccadés, les visages au front fuyant pr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andrée BUSSON, « KANGRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kangra/