GREEN JULIEN (1900-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écriture du secret et de l'aveu

Ce Journal, Green a commencé à le publier dès 1938. Les pages des premiers volumes sont devenues plus nombreuses lors des rééditions, mais le tri est resté sévère, écartant surtout les aventures charnelles et, plus tard, les expériences mystiques. Dans ses pages intimes comme dans ses romans, Green reste l'écrivain du secret. Il note « la couleur du temps » (anecdotes, vie quotidienne, événements historiques), il savoure les heures claires où se passent tant de choses et si peu de faits, il cherche à « emprisonner avec des mots l'instant qui passe » (17 février 1943). Si intéressants que soient les passages concernant les lectures, les voyages, les amitiés et l'élaboration des œuvres, les plus personnels évoquent soit l'enfance de Green, soit ses déchirements entre l'aspiration à une vie exclusivement spirituelle et les exigences du désir. « Des deux personnages qui nous habitent (les deux hommes dont parle saint Paul), chacun veut accomplir sa destinée et arriver à une sorte de perfection, au plus haut point de perfection qu'il lui soit donné d'atteindre, mais il est nécessaire pour cela que l'un de ces personnages tue l'autre, car il ne peut y avoir entre eux d'accord durable » (9 avril 1944).

Suppressions et réticences limitent le Journal au point que, pour dire sa vérité, pour savoir qui il est, Green, dans sa maturité, trouve plus satisfaisants les romans et les drames (à partir des années 1950, il écrit aussi pour le théâtre, vers lequel Louis Jouvet souhaitait le pousser depuis longtemps). Un descellement s'y opère. L'obsession homosexuelle y déploie son cortège de fantasmagories, de frôlements, d'espoirs fous et de désespoirs sans recours. Dans Sud (1953), le lieutenant Ian, à la veille – au sens propre – de la guerre de Sécession, provoque en duel celui qu'il aime pour se faire tuer par lui ; dans ce drame, comme dans des romans aussi prenants que Moïra (1950) et Chaque homme dans sa nuit (1960), le protagoniste, à la fois obsédé et obsédant, suscite plus ou moins l'amour de tous ceux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé des lettres, ancien professeur de première supérieure au lycée Henri-IV, Paris

Classification


Autres références

«  GREEN JULIEN (1900-1998)  » est également traité dans :

LÉVIATHAN, Julien Green - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 760 mots

D'origine américaine, Julien Green (1900-1998) est un grand écrivain français difficile à classer : dominée par le thème du salut, son œuvre romanesque se construit en même temps que son œuvre théâtrale et que le plus long journal de l'histoire de la littérature, puisqu'il court de 1919 à 1998. Né avec le siècle, Julien Green abjure le protestantisme en 1916. Cette décision pèsera sur tout le res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leviathan-julien-green/#i_5488

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'événement »  : […] Les faits psychosomatiques classés comme mystiques posent quelque chose de particulier. Des phénomènes extraordinaires semblent spécifier d'abord la mystique. Ils tranchent sur la vie ordinaire. Ils se découpent dans l'observable comme les signes d'une langue étrangère. Mais cette irruption de symptômes étranges signalise seulement des moments et des seuils qui, de fait, sont particuliers. La vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_5488

Pour citer l’article

Jean SÉMOLUÉ, « GREEN JULIEN - (1900-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-green/