GREEN JULIEN (1900-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écriture du fantastique

Quant à son œuvre, multiforme et contrastée, la perspective chronologique reste celle qui permet le mieux de la saisir sans la trahir. Green a tant parlé de lui-même et apporté tant d'éclaircissements sur la genèse de ses romans, surtout à la fin de sa longue vie, qu'il est difficile de concevoir l'impression d'aérolithes qu'ils ont donnée lors de leur publication. Rendons aux premiers parus, Mont-Cinère (1926), Le Voyageur sur la terre (1926), Adrienne Mesurat (1927), Léviathan (1929), leur pouvoir de choc, dû à la force des situations, à la dureté du trait. Des passions forcenées y jettent implacablement les êtres les uns contre les autres et les vouent à l'autodestruction. Ensuite, la frénésie diminue, faisant place à l'insolite. Dans L'Autre Sommeil (1930) et dans Épaves (1932), situés dans un Paris envoûtant et non plus dans de petites villes d'Amérique ou de France, la rêverie l'emporte sur la réalité, l'inaccompli remplace la violence ; le héros de L'Autre Sommeil rêve sa vie et vit ses rêves, ceux du Visionnaire (1934), de Minuit (1936), de Varouna (1940), de Si j'étais vous... (1947) quittent le quotidien pour des aventures fantastiques, au sens plein du terme. Comment ne pas aimer, jusque dans certaines de leurs faiblesses, des livres si originaux ? Et comment ne pas admirer la rigueur d'un jeune auteur qui refuse d'exploiter la veine de ses premiers succès ? « Pour trouver la vérité il faut travailler contre soi-même, contre sa pente, contre les facilités que donne l'habitude, contre le succès, contre le public ; il faut supprimer toutes les pages où l'amusement du lecteur est devenu le seul objet en vue. » Tel est alors le credo artistique de Julien Green, consigné dans son Journal (7 février 1931).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé des lettres, ancien professeur de première supérieure au lycée Henri-IV, Paris

Classification

Autres références

«  GREEN JULIEN (1900-1998)  » est également traité dans :

LÉVIATHAN, Julien Green - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 760 mots

D'origine américaine, Julien Green (1900-1998) est un grand écrivain français difficile à classer : dominée par le thème du salut, son œuvre romanesque se construit en même temps que son œuvre théâtrale et que le plus long journal de l'histoire de la littérature, puisqu'il court de 1919 à 1998. Né avec le siècle, Julien Green abjure le protestantisme en 1916. Cette décision pèsera sur tout le res […] Lire la suite

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 612 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'événement »  : […] Les faits psychosomatiques classés comme mystiques posent quelque chose de particulier. Des phénomènes extraordinaires semblent spécifier d'abord la mystique. Ils tranchent sur la vie ordinaire. Ils se découpent dans l'observable comme les signes d'une langue étrangère. Mais cette irruption de symptômes étranges signalise seulement des moments et des seuils qui, de fait, sont particuliers. La vie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean SÉMOLUÉ, « GREEN JULIEN - (1900-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-green/