BENDA JULIEN (1867-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Revanche posthume

Soixante-dix ans après son Belphégor, nous pouvons admirer tout son discernement. Dès lors il a compris que notre esthétique de mondains et demi-mondaines représentait pour la France et pour la planète un péril bien plus grave que la prétendue « faillite de la science ». Dans ce bref essai, tout est inventorié ou pressenti : l'art qui se prétend substitut de la religion et pur amour où « s'évanouit toute espèce d'activité intellectuelle » ; la manie de la nouveauté, du tremblotement, du bizarre ; l'exploitation insensée des mystères chrétiens ; la passion pour les ébauches, les brouillons, les œuvres inachevées ; bref, la littérature pour femme-lettes qui ont peur des souris. Nul, dit-on, n'est prophète en son pays. Ce n'est plus tout à fait exact quant à lui : en 1958, on rééditait La Trahison des clercs et La Fin de l'éternel ; en 1968, on réimprime en un gros volume les trois tomes d'une des plus belles autobiographies de ce temps, jugée comme telle par Jean Paulhan qui la donna en livraisons dans La Nouvelle Revue française à la veille de la dernière guerre ; plusieurs ouvrages de critique et divers travaux universitaires, publiés depuis sa mort, tout annonce enfin qu'après quelques années de purgatoire, et malgré la calomnie, les contresens, les fanatismes, celui qui s'appelait lui-même, assez drôlement, « Ézéchiel chez Ninon », va bientôt prendre sa revanche. Puisse-t-il être entendu ! Le temps presse ; le temps nous presse.

Eh bien, on peut confirmer le pronostic de la première édition : aussi bien dans la presse que dans les travaux universitaires, la pensée de Benda est de plus en plus souvent prise en considération. C'est ainsi que, dans sa grande thèse d'État sur Georges Séféris, Denis Kohler montre tout ce que le poète grec doit à la première équipe de La Nouvelle Revue française, à Benda en tout particulier, qui le préserva contre l'intégrisme de ce T.S. Eliot auquel d'autre part il allait tant devoir, du point de vue de sa poétique.

Autre indice de l'intérêt porté depuis quelques années à la notion de cléricature : alors qu'il fallut dix-sept ans pour épuiser les 500 exemplaires du dixième tirage de La Trahison des clercs, le onzième tirage (1975), qui comptait 2 795 exemplaires, était épuisé cinq ans plus tard ; en février 1981, on dut réimprimer 2 500 exemplaires. En même temps, après de longues années d'occultation, La Trahison des clercs retrouvait grâce auprès du public étranger : Penguin met en édition de poche The Great Betrayal ; c'est également en édition de poche que paraît en 1976 la version italienne : Il Tradimento dei chierici, et, en 1978, une traduction allemande (Ullstein), confirmant l'intérêt porté à l'édition ordinaire de Der Verrat der Intellektuellen. Portugais et Brésiliens d'une part, Japonais de l'autre, peuvent eux aussi lire désormais cet ouvrage en leur langue.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-IV

Classification

Autres références

«  BENDA JULIEN (1867-1956)  » est également traité dans :

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

Il faut d'abord saluer le travail énorme, méthodique et maîtrisé de Jeannine Verdès-Leroux, qui entreprend, avec Refus et violences (Gallimard), de brosser le tableau d'une génération d'écrivains d'extrême droite. Personne, avant elle, n'avait inventorié cette masse de revues et de journaux, proliférant dans une période où un seul média, la presse, régnait sans partage. On évoque souvent, avec de […] Lire la suite

Pour citer l’article

 ETIEMBLE, « BENDA JULIEN - (1867-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-benda/