BENDA JULIEN (1867-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour avoir, plus d'un demi-siècle durant, obstinément, passionnément refusé presque toutes les modes philosophiques et politiques (en pleine ivresse bergsonienne, rédigé quelques pages irréfutables sur et contre la fameuse « intuition » sous laquelle il discerne quatre sens au moins à peu près inconciliables ; en pleine vigueur des camelots du roi, ou du roy, méticuleusement démonté les sophismes maurrassiens ; en pleine fureur surréaliste ou bien existentielle, rappelé aux hommes qu'il est une part en eux d'universel et que cette part, la raisonnable, n'est pas médiocre), celui qui non sans orgueil, mais avec un sens exquis de ce qui le constituait, s'était baptisé « l'homme libre » (« l'homme libre » antibarrésien, s'entend), et cela sous le nom grec d'Éleuthère, pour signifier ainsi son allégeance à l'Hellade, mourut nonagénaire sans avoir connu beaucoup mieux que le sarcasme et la haine, sans même avoir touché bon nombre de ceux qu'il aurait pu fortifier dans leurs résolutions raisonnables ou raisonneuses.

Un isolé

Cet aristocrate de nature et de goûts, qui tenait que « le peuple est sot et peut le demeurer », cet intellectuel qui ne pouvait servir qu'un « Dieu aux mains blanches » et n'éprouvait aucune espèce de considération pour le travail manuel, ce bourgeois autoritaire qui avouait pour l'armée, pour l'ordre, un goût en bonne part fondé sur l'esthétique, ce voluptueux qui se sentait si proche par son sensualisme des hommes du xviiie siècle, ce philosophe qui déplorait la fin de l'éternel, ce fixiste intransigeant qui répudiait équitablement la dialectique marxiste et l'intuition bergsonienne, ce rationaliste conscient d'être « inhumain », heureux de l'être, cet anarchiste qui, avec un histrionisme insistant, publiait son refus de « faire chorus », son inaptitude à le faire, et son adhésion au Etiamsi omnes, ego non, s'ingéniait à décourager les amitiés, les complicités, les copinages qui assurent aux gens de lettres le plus sûr de leur réputation, parfois même de leur gloire. Sans gêne, il se reconnaissait dans c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-IV

Classification

Autres références

«  BENDA JULIEN (1867-1956)  » est également traité dans :

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

Il faut d'abord saluer le travail énorme, méthodique et maîtrisé de Jeannine Verdès-Leroux, qui entreprend, avec Refus et violences (Gallimard), de brosser le tableau d'une génération d'écrivains d'extrême droite. Personne, avant elle, n'avait inventorié cette masse de revues et de journaux, proliférant dans une période où un seul média, la presse, régnait sans partage. On évoque souvent, avec de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

 ETIEMBLE, « BENDA JULIEN - (1867-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-benda/