REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il faut d'abord saluer le travail énorme, méthodique et maîtrisé de Jeannine Verdès-Leroux, qui entreprend, avec Refus et violences (Gallimard), de brosser le tableau d'une génération d'écrivains d'extrême droite. Personne, avant elle, n'avait inventorié cette masse de revues et de journaux, proliférant dans une période où un seul média, la presse, régnait sans partage. On évoque souvent, avec des connotations défavorables, L'Action française, Je suis partout, Candide, Gringoire. Mais qui, à part les contemporains endoctrinés, les avait lus et analysés ? Il a fallu à l'auteur une grande force d'âme pour s'astreindre à des lectures aussi accablantes pour l'image que l'on peut se faire des intellectuels de ce bord. La position de l'historien qui aborde cette nébuleuse est délicate : ou bien il condamne, réprouve, exorcise, et il risque alors de ne pas entrer dans les raisons d'un mouvement qui mobilisa rédacteurs et lecteurs en nombre ; ou bien il démonte les ressorts de la machine, pour en dessiner le modèle intelligible, comme l'a fait excellemment Paul-André Taguieff pour le racisme, et il se trouvera toujours des esprits obtus pour accuser le savant d'une connivence complice avec l'objet de son étude.

Jeannine Verdès-Leroux, tout en tenant les deux bouts de la chaîne, marque nettement son refus propre de ces refus et violences là où d'autres ont pu céder à une certaine séduction. On a souvent dit, en effet, que l'intelligence éclairait les pages de L'Action française, que le talent était à droite, que l'épuration avait condamné les poètes et les prophètes, et promu des médiocres. Ce mythe est enfin démoli ici, documents à l'appui. La « légende des vaincus », qui fut, en 1944, une première version de ce qu'on dénomme aujourd'hui « négationnisme », ne résiste pas à l'analyse impeccable de l'historienne. Qu'elle soit louée pour cette œuvre de dévoilement et de clarification.

Restent les cas particuliers, et bien des points de désaccord. Car nous ne lisons pas toujours comme l'auteur les textes cités ou invoqués ; nous ne partageons pas l'idée qu'elle suggère de la littérature de ce temps-là, sans trop analyser les liens complexes qui font coexister, sous un même nom d'auteur, un romancier, un essayiste, un revuiste, un journaliste aisément polémiste, un tribun militant, un spadassin de la plume, et parfois un délateur. Ainsi, pour prendre deux cibles favorites de l'historienne, Drieu la Rochelle et Ramon Fernandez peuvent publier, aux éditions Gallimard le plus souvent, des livres de grande qualité, dans La Nouvelle Revue française des études dignes et élevées, et dans Je suis partout, ou dans telle feuille doriotiste, des articles parfaitement ignobles. L'écrivain de ce temps est un polygraphe « multi-média », et il se soumet, sans souci excessif de cohérence, au média qui le sollicite. Ce n'est pas le caractère de ces deux « collaborateurs » qu'il faut ici incriminer, mais le mythe illusoire d'un auteur unifié et autonome.

Le choix de l'antisémitisme, du fascisme, et plus tard de la collaboration avec le nazisme, concerne-t-il une majorité d'écrivains et/ou d'intellectuels français ou une marge peu représentative de cette intelligentsia ? La thèse de Jeannine Verdès-Leroux est ferme : il ne s'est agi que de marginaux, de faibles, ou même de ratés à la recherche de compensations immédiates. Le lecteur français s'en trouvera un peu soulagé, puisque la France, sa littérature et ses élites se voient ainsi déchargées de toute responsabilité historique dans la catastrophe du siècle. Mais il se demandera peut-être si l'historienne ne prend pas trop vite les écrivains antisémites pour des ratés de la littérature, et si elle n'innocente pas volontiers les grandes figures de la littérature de tout péché contre l'esprit. En matière d'histoire littéraire, l'orthodoxie, proche du conformisme, peut infléchir la lecture pertinente des textes.

Si Jeanine Verdès-Leroux a raison de pointer les dérapages de Drieu – rares mais criminels – dans les feuilles publiques, elle a tort d'utiliser comme pièces à charge les extraits d'un journal intime qui n'était pas destiné à être publié. Traiter un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Les derniers événements

1er-28 février 2021 Birmanie. Coup d'État militaire.

Ces violences suscitent la réaction de nombreux pays occidentaux qui condamnent l’action des forces de l’ordre. Le 26, la nouvelle Commission électorale annule les résultats des élections législatives de novembre 2020. Le 26 également, l’ambassadeur Kyaw Moe Tun, représentant de la Birmanie aux Nations unies, dénonce devant l’Assemblée générale de l’ONU « les crimes contre l’humanité commis par la junte contre le peuple birman ». […] Lire la suite

17-22 février 2021 Géorgie. Démission du Premier ministre Guiorgui Gakharia.

Le pays traverse une crise politique à la suite du boycottage par l’opposition du second tour des élections législatives, en novembre 2020, et du refus de ses élus de siéger au Parlement. L’arrestation de Nika Melia est « temporairement reportée ». Le 22, le Parlement investit au poste de Premier ministre le ministre de la Défense et ancien Premier ministre Irakli Garibachvili (Rêve géorgien). […] Lire la suite

13 septembre 2019 France. Publication du rapport de l'IGA sur les incidents de la fête de la musique à Nantes.

Le rapport attribue la « cause première » des violences au refus des participants à la fête de couper la sonorisation, comme l’exigeait la police. Il reconnaît que les policiers ont été visés par des projectiles et se trouvaient donc en position de légitime défense. Il estime toutefois que le chef du dispositif policier, le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, a « manqué de discernement » dans sa riposte en laissant les policiers user de gaz lacrymogènes, de grenades de désencerclement et de lanceurs de balles de défense (LBD). […] Lire la suite

22-24 septembre 2017 États-Unis. Différend entre le président Donald Trump et certains sportifs.

Le 22, lors d’un meeting dans l’Alabama, le président Donald Trump s’en prend en des termes injurieux, sans le nommer, à l’ancien joueur de football américain Colin Kaepernick qui avait mis un genou à terre pendant la diffusion de l’hymne national, en août 2016, afin de protester contre les violences policières à l’encontre des Afro-Américains. Le 22 également, le basketteur vedette Stephen Curry annonce son refus de se rendre à la Maison-Blanche où il était invité avec son équipe. […] Lire la suite

14-27 juillet 2017 Israël. Violences après la fermeture de l'esplanade des Mosquées.

Le 14, deux policiers sont assassinés par trois Arabes israéliens près de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem. Les autorités ferment provisoirement les accès à l’esplanade où se trouve la mosquée al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, empêchant les fidèles musulmans de s’y rendre pour la prière du vendredi. L’engagement pris par Israël de ne pas restreindre l’accès du site aux musulmans, d’interdire aux juifs d’y prier et aux députés et aux ministres d’y circuler est contesté par la droite religieuse. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/refus-et-violences/