MASSENET JULES (1842-1912)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jules Massenet

Jules Massenet
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Sophie Koch et Rolando Villazon

Sophie Koch et Rolando Villazon
Crédits : Robbie Jack/ Corbis

photographie


Élève d'Ambroise Thomas, prix de Rome à vingt et un ans, membre de l'Institut à trente-six ans (contre Saint-Saëns), Jules Massenet a la carrière d'un musicien heureux, adulé du public et des chanteurs. Son génie est facile, trop facile ; sa complaisance pour le goût du public et pour les chanteurs est responsable de bien des banalités et de bien des fautes de goût. À part des oratorios, composés dans sa jeunesse et plus proches du théâtre que de l'église (Ève, La Terre promise, Marie Magdeleine), et quelques œuvres pour orchestre (Suites symphoniques, Concerto pour piano), son œuvre est tout entière tournée vers le théâtre : vingt-six opéras, dont les principaux sont Hérodiade (1881), Manon (1884), Le Cid (1885), Werther (1892), Thaïs (1894), Sapho (1897), Le Jongleur de Notre-Dame (1902). Il y a bien de la monotonie dans cette œuvre, et il n'est pas faux de reprocher à Massenet d'avoir fabriqué ses opéras « comme les romanciers industriels leurs volumes annuels ».

Jules Massenet

Jules Massenet

photographie

Le compositeur français Jules Massenet (1842-1912). Portrait de Nadar. 

Crédits : Photos.com/ Thinkstock

Afficher

Sophie Koch et Rolando Villazon

Sophie Koch et Rolando Villazon

photographie

La mezzo-soprano Sophie Koch (Charlotte) et le ténor Rolando Villazón (Werther) dans une production de Werther de Jules Massenet, mise en scène par Benoit Jacquot et dirigée par Antonio Pappano, au Covent Garden de Londres (2011). Les opéras renouvellent parfois leur lecture des œuvres à... 

Crédits : Robbie Jack/ Corbis

Afficher

Le « métier » de Massenet est certain, sa connaissance des voix évidente ; une sensibilité voluptueuse colore toutes ses œuvres, dont le défaut essentiel est, précisément, de traiter tous les sujets sans guère changer de registre. Son chef-d'œuvre, Manon, qui n'a plus grand-chose à voir avec l'héroïne de l'abbé Prévost, est une réussite charmante par sa grâce et son charme. Massenet, excellent pédagogue, a formé de nombreux élèves, parmi lesquels on peut citer André Bruneau, Gustave Charpentier, Pierné et Florent Schmitt.

—  Philippe BEAUSSANT

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  MASSENET JULES (1842-1912)  » est également traité dans :

OPÉRA DE MONTE-CARLO

  • Écrit par 
  • Gérard CONDÉ
  •  • 1 092 mots

L'inauguration de la salle construite par Charles Garnier, le 25 janvier 1879, peut être considérée comme le point de départ d'une véritable activité lyrique dans la principauté de Monaco. Mais il faudra encore attendre la nomination de Raoul Gunsbourg, en 1893, pour que l'Opéra de Monte-Carlo commence à rivaliser avec les plus grandes scènes internationales. On n'oubliera pas que la construction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-de-monte-carlo/#i_4878

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « MASSENET JULES - (1842-1912) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-massenet/