SEFER ḤASSIDIM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est l'œuvre la plus importante qui ait été produite dans le domaine de l'éthique individuelle et sociale par le judaïsme médiéval allemand. Il reflète les conceptions du mouvement des hassidim rhénans au xiie et au xiiie siècle. On connaît deux versions de l'ouvrage : l'une imprimée à Bologne en 1538 et l'autre découverte à Parme sous forme de manuscrit. Cette seconde version se réfère à un état de choses plus ancien. Le livre se présente comme une compilation de passages indépendants (simanim) rassemblés en groupes (mahbarot). La tradition en attribue la totalité à Rabbi Juda le Hassid de Regensburg (mort en 1217), le grand maître du hassidisme ashkénaze. Mais il semble que les deux premières mahbarot aient été rédigées par Rabbi Samuel ben Kalonymos, le père de Rabbi Juda. Il n'est pas impossible que certains passages aient été rédigés par Rabbi Eleazar de Worms.

À travers l'examen des problèmes que la vie quotidienne, laquelle prenait trop souvent l'aspect du tragique, posait aux Juifs allemands du temps des croisades, c'est toute l'existence individuelle et collective du Juif médiéval que rapporte le Sefer Hassidim. Le hassid, l'homme pieux, est d'abord celui qui sait supporter toutes les insultes sans broncher et sans faire blêmir le visage des autres. Il est aussi un ascète et renonce aux biens de ce monde, y compris aux joies les plus innocentes du monde profane. S'il a commis une faute, il s'impose des pénitences strictes qui sont codifiées dans des traités pénitentiels. Non seulement il observe scrupuleusement les préceptes, mais il va au-delà de ce qui est exigé par la lettre de la Loi (lephanim mescirat Ha-Din). Au-dessus de la halakah stricte, il reconnaît une norme supérieure de conduite : le Din ssomayin (la Loi céleste).

Ce modèle de comportement éthique s'insère dans une théologie de l'histoire. À partir de la faute d'Adam, les forces de l'histoire profane entrent en conflit avec le processus intérieur sacré. La chute a entraîné comme conséquence l'inégalité entre les riches et les pauvres ; la richesse est condamnable et les inégalités seront supprimées aux temps messianiques. La piété du hassid culmine dans la crainte et l'amour de Dieu, lesquels se confondent à leur niveau le plus élevé.

L'éthique du Sefer Hassidim marquera profondément pendant des siècles la halakah et le mode de vie du judaïsme ashkénaze et, même après le xixe siècle, l'éthique du judaïsme espagnol.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  SEFER HASSIDIM  » est également traité dans :

JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 401 mots

Le maître le plus éminent du mouvement piétiste rhénan. Juda vécut quelque temps à Spire, mais passa la plus grande partie de sa vie à Ratisbonne. En dehors des légendes colportées à son sujet, on ne connaît que peu de détails sur son existence. Ce silence est volontaire : Rabbi Juda ou Juda le Pieux ne signait pas ses livres de son nom, de peur que ses enfants n'en tirent de l'orgueil ; et même s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-de-ratisbonne/#i_32600

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le mouvement des ḥassidim d'Allemagne »  : […] Les spéculations du Sefer ha-bahir atteignirent d'abord les communautés rhénanes, où le livre fut connu par l'intermédiaire d'un membre de la famille des Kalonymides. La condition pénible des Juifs d'Allemagne pendant les croisades a contribué à préparer dans ce pays un terrain propice à l'éclosion d'un courant mystique intimement lié à la vie du peuple et qui, malgré la courte durée de sa périod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32600

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « SEFER ḤASSIDIM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-hassidim/