VELASCO ALVARADO JUAN (1909-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef de l'État péruvien de 1968 à 1975, Juan Velasco Alvarado est né à Piura, dans une famille paysanne. Il mène une adolescence difficile entre Piura et Lima et aspire vite à la carrière militaire, qu'il conçoit comme un moyen de promotion sociale. Il entre comme simple soldat dans une armée dont il va gravir un à un tous les échelons. À vingt-quatre ans, il n'est encore que sous-lieutenant. À Pucallpa, Arequipa, Puno, Trujillo, il connaît la vie médiocre des garnisons perdues dans la jungle amazonienne, sur les hautes terres andines ou dans les oasis du désert côtier du Pérou. Il y gagne de connaître les problèmes du petit peuple péruvien et acquiert une solide méfiance à l'égard de l'oligarchie des beaux quartiers de la capitale. En 1950, il est directeur de l'École supérieure de guerre, où il forme de jeunes officiers qui lui restent fidèles jusqu'à ce qu'il prenne le pouvoir en 1968. Il est attaché militaire du Pérou en France en 1962, puis à Washington dans le cadre de la Junte interaméricaine de défense.

Juan Velasco Alvarado, vers 1968

Juan Velasco Alvarado, vers 1968

photographie

Nationaliste de gauche, le général Juan Velasco Alvarado devient président du Pérou en octobre 1968, à la suite d'un coup d'État. Il restera au pouvoir jusqu'en août 1975, date à laquelle il sera destitué. 

Crédits : Getty

Afficher

En 1967, il devient général d'une armée engagée depuis 1965 par le gouvernement civil de Belaunde Terry dans la répression de guérillas d'inspiration castriste installées en divers points d'un territoire national qui constitue un champ de manœuvre et d'inspiration politique exceptionnel. Cette guerre civile larvée, impopulaire parmi les officiers qui en sont chargés, leur rend plus insupportables l'impuissance et la corruption de l'oligarchie dirigeante. Juan Velasco, leur ancien instructeur et leur chef, prend la direction de leur impatience et conçoit le coup d'État militaire qui, le 3 octobre 1968, renverse le gouvernement civil, dissout le Parlement, nationalise les installations de l'International Petroleum Company.

Commence alors pour le Pérou une période politique fermement dirigée par Juan Velasco, chef d'état-major et chef de l'État. Appuyé sur une armée qui forme l'ossature du régime, il promulgue, en 1969, une réforme agraire radicale qui exproprie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître de conférences à la faculté des lettres de Tunis

Classification


Autres références

«  VELASCO ALVARADO JUAN (1909-1977)  » est également traité dans :

BELAÚNDE TERRY FERNANDO (1912-2002)

  • Écrit par 
  • Gérard PONTHIEU
  •  • 610 mots

Né à Lima (Pérou) dans une famille de la haute bourgeoisie, Fernando Belaúnde Terry est conduit par suite de l'exil de son père, qui fut Premier ministre, à poursuivre ses études secondaires à Paris, puis à l'université du Texas, où il obtient son diplôme d'architecte. De retour dans son pays, il est député de 1945 à 1948 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernando-belaunde-terry/#i_84420

PÉROU

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD, 
  • Albert GARCIA, 
  • Alain LABROUSSE, 
  • Évelyne MESCLIER, 
  • Valérie ROBIN AZEVEDO
  •  • 22 245 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement des militaires nationalistes (1968-1975) »  : […] La facilité avec laquelle les militaires dirigés par le général Juan Velasco Alvarado s'emparèrent du pouvoir, en octobre 1968, sanctionnait l'échec du gouvernement de Fernando Belaúnde Terry, incapable de mener à bien les réformes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perou/#i_84420

Pour citer l’article

Jean PIEL, « VELASCO ALVARADO JUAN - (1909-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-velasco-alvarado/