FASTES & NÉFASTES JOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur les fastes (fasti, calendriers romains, proprement : liste des jours fastes), l'indication de chaque jour est accompagnée de l'un des sigles suivants : F, C, N, NP, EN, Q.ST.D.F., Q.R.C.F. Ces sigles marquent le caractère du jour et correspondent à une division fondamentale du temps entre jours pour lesquels il existe une base mystique permettant les actions humaines (jours fastes, fasti, à rapprocher sans doute du mot fas : « permis » et de la racine indo-européenne dha : « poser ») et jours pour lesquels elle n'existe pas (nefasti), donc réservés aux dieux. Dans la première catégorie entrent les jours simplement fastes (F : les auteurs anciens, après Varron, ayant perdu le sens de cette division et, par une fausse étymologie, lié fastus à fari, « dire », d'où « dire la justice », réservent les fasti dies aux activités judiciaires du préteur) et les jours comitiaux (C) où peuvent en plus se tenir les comitia, « assemblées du peuple » : au total probablement 232 jours sur les 355 que compte l'année d'avant César. La deuxième catégorie regroupe les jours simplement néfastes (N) et les jours dits NP (ligature de N et de P, où N signifie également néfaste et P demeure inexpliqué) : ce sont les festi dies qu'occupent les cérémonies religieuses fixes (feriae stativae), lorsque les fêtes mobiles (feriae conceptivae) tombent des jours fastes ou comitiaux, ceux-ci deviennent également néfastes. Les jours marqués EN (endotercisi : « coupés à l'intérieur ») sont néfastes matin et soir, fastes l'après-midi ; les jours marqués Q.R.C.F. (quando rex comitiavit, fas) de néfastes deviennent fastes lorsque le roi des sacrifices a ouvert des comices ratifiant certaines formes d'adoption ou de testament ; le jour marqué Q.ST.D.F. (quando stercus delatum, fas : lorsque l'on a ôté le fumier, faste), le 15 juin, devient également faste après la cérémonie où l'on ôte le fumier du temple de Vesta. La notion de jours néfastes (où les fêtes peuvent être gaies) ne se confond pas avec celles de « jours religieux » et de « jours noirs » : jours où la porte des enfers (mundus) ouverte, les morts et les dieux souterrains se promènent, jours anniversaires de défaites et autres calamités ; on doit éviter alors de livrer combat, de lever une armée, de partir en guerre, de lever l'ancre, de se marier.

—  Jean-Claude DUMONT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FASTES & NÉFASTES JOURS  » est également traité dans :

FÊTE, arts et architecture

  • Écrit par 
  • Georges FRÉCHET
  •  • 1 104 mots
  •  • 1 média

Dans ses Fastes , Ovide, le maître de l'amour, mais aussi le plus religieux des poètes latins, fait se répondre l'immutabilité de la cérémonie et la permanence du mythe qui en est souvent le prétexte. La fête constitue presque toujours la répétition d'une autre fête. C'est un arrêt du temps, mais elle suit le temps. L'étymologie latine du mot renvoie aux jours festi ou feriati , décrétés par les […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les « religiones » »  : […] Dans la vie du Romain, les rites et les observances comptaient plus que les connaissances des dieux. L'accomplissement des rites était assuré, pour la religion officielle, par les représentants de la cité qui en imposaient le respect. La première obligation résidait dans le respect de la qualité religieuse des jours. Le calendrier même était matière de religion. Dans les premiers temps de Rome, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude DUMONT, « FASTES & NÉFASTES JOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jours-fastes-et-nefastes/