FÊTE, arts et architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans ses Fastes, Ovide, le maître de l'amour, mais aussi le plus religieux des poètes latins, fait se répondre l'immutabilité de la cérémonie et la permanence du mythe qui en est souvent le prétexte. La fête constitue presque toujours la répétition d'une autre fête. C'est un arrêt du temps, mais elle suit le temps. L'étymologie latine du mot renvoie aux jours festi ou feriati, décrétés par les pontifes, auteurs du calendrier, réservés aux dieux et obligatoirement chômés. On dit aussi qu'ils sont « néfastes », car non propices aux activités humaines. Le christianisme reprend cette distinction en la fusionnant avec le sabbat biblique, et enrobe la vie entière de l'homme dans un réseau de fêtes fixes et mobiles. Distinctes d'une province à l'autre, elles figurent dans les calendriers et dans les livres d'heures, marquées comme simples ou doubles selon qu'elles ont plus ou moins de solennité, et que l'interdiction d'un travail profane est plus ou moins étendue.

La fête de l'Ancien Régime relevait d'un art total. L'unité du pouvoir, dans le système de l'absolutisme d'État, appelait le concours de tous les talents pour rendre les actions du souverain parfaites. Célébrées en public, les fêtes se manifestent par un faisceau d'initiatives coordonnées qui tendent à justifier la participation du peuple aux événements touchant ceux qui sont au faîte du pouvoir. Les sciences, les arts et métiers en festonnent le déroulement, dispensant leurs bienfaits pour harmoniser les sentiments des gouvernés et des gouvernants. La fête, qui occupe toujours un groupe, fait intervenir organisateurs, invités et spectateurs. Être invité suppose d'être participant (lors d'un bal, danser). Dans L'Univers du baroque (1959, trad. franç., 1964), Richard Alewyn a mis en valeur la rencontre réciproque du peuple et des nobles, ceux-ci tenant à amuser celui-là pour le distraire et le subjuguer, mais n'hésitant pas à participer à se [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Georges FRÉCHET, « FÊTE, arts et architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fete-arts-et-architecture/