CARO JOSEPH (1488-1575)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maître des talmudistes et de la communauté de Safed au xvie siècle, Joseph Karo naquit sans doute à Tolède en Espagne. Après l'expulsion de 1492, sa famille s'exila au Portugal et prit le chemin de la Turquie. Il vécut là quarante années, d'abord à Istanbul, puis à Andrinople, à Nicosie et à Salonique. Il eut pour premier maître son père, Éphraïm Karo, talmudiste de classe. Le martyre de Salomon Molcko en 1532 l'impressionna beaucoup. Il fut fortement marqué par les enseignements kabbalistiques de Joseph Tartazah et de Salomon Alkabez, qui dirigeaient à Salonique et à Andrinople des cercles piétistes et kabbalistiques. En 1522, il commença à rédiger son grand ouvrage le Bēt Yoseph (La Maison de Joseph) et, en 1536, il quitta la Turquie pour Safed en Galilée. Il fut un des quatre élèves qui reçurent l'ordination (semikah) des mains de Jacob Bérab, en 1538. Après le départ de Bérab, Karo fut regardé comme le maître de tous les talmudistes et de la communauté de Safed. Il dirigea une académie talmudique de deux cents élèves. Il mourut un 13 nisan, à l'âge de quatre-vingt-sept ans.

Le magnus opus de Joseph Karo est son Bēt Yoseph, auquel il consacra vingt ans de sa vie, et qui se présente sous la forme d'un commentaire des Arba Turim de Jacob ben Ašer. Dans ce chef-d'œuvre de la halakha, Karo expose l'évolution de chaque loi à partir des sources talmudiques en précisant les moments importants de ce développement à l'aide de toutes les œuvres existantes, de Rashi à Joseph Colon, qu'elles soient de l'école franco-allemande ou qu'elles relèvent de la tradition espagnole. Il en vient aussi à dire ce que doit être la halakha sur le plan pratique. En cas de doute, il adopte le principe de trancher en fonction de la règle de la majorité en tenant compte des opinions d'Isaac Alfasi, de Maimonide, d'Asher ben Yehiel, mais en laissant place cependant à la souplesse requise en fonction des us et des coutumes des différents codes.

C'est à partir de l'autorité indiscutée de son Bēt Yoseph que Karo rédigea le Shūlhan ‘Arūk (La Table dressée), q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  CARO JOSEPH (1488-1575)  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 474 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Offrandes et prières »  : […] Lorsqu'ils ne se trouvent pas explicitement contenus dans la Tōrah, les rites y figurent sous une forme implicite que découvrira le Midraš . Ils sont codifiés par la halakha ou norme rabbinique : le Sulḥan 'Arukh de Joseph b. Ephraïm Caro (Venise, 1567) constitue la forme dernière de sa codification. Des rites agraires règlen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-les-pratiques/#i_32078

JUDAÏSME - Le judaïsme contemporain

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 2 687 mots

Dans l'existence à part et l'autonomie qu'il a eues au cours du temps, le peuple juif avait vécu sous sa propre régulation talmudique et post-talmudique. Le point d'arrivée de cette législation s'est exprimé dans le Shulhan arukh de Joseph Caro (1488-1575), dont on a pu dire qu'il organisait un univers juif en soi, familial et communautaire, de telle sorte qu'aucune pertur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-le-judaisme-contemporain/#i_32078

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « L'école de Safed et Isaac Luria »  : […] À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32078

SHULHAN ARUKH

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 198 mots

Héritier par excellence de l'Espagne médiévale, Joseph Caro fut à la fois un juriste et un mystique. Il consacra trente années à la composition de Beit Yosef ( La Maison de Joseph ), un commentaire encyclopédique de la halakha, ou loi rabbinique, couvrant l'ensemble de la jurisprudence de tous ses prédécesseurs, où il reprend la division quadripartite d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shulhan-arukh/#i_32078

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « CARO JOSEPH - (1488-1575) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-caro/