Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RICHARDSON JONATHAN, dit LE VIEUX (1665-1745)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'œuvre de Jonathan Richardson se compose essentiellement de portraits. Il se forme auprès de Riley, dont il commence par adapter les formules à celles de Kneller (Lady Catherine Herbert et son frère Robert, 1698 env.) avant de trouver un style plus personnel, grave et comme empesé (Le Premier Marquis de Rockingham, 1711, Saint John's College, Cambridge ; George Vertue, 1738, National Portrait Gallery, Londres). Après la mort de Dahl et de Kneller, on le considère généralement comme le premier portraitiste d'Angleterre, et Knapton et surtout Hudson, qui sera le maître de Reynolds, se forment auprès de lui. Mais c'est surtout par ses écrits que Richardson exerce une influence profonde sur la peinture anglaise du xviiie siècle, en assignant aux peintres un idéal plus ambitieux que celui de simples praticiens. Ses principaux ouvrages théoriques sont The Theory of Painting (1715) et, en 1719, The Connoisseur. An Essay on the Whole Art of Criticism, qui préludent à la pensée des Discours de Reynolds. Par ses idées comme par son personnage de peintre lettré (il est l'auteur de remarques sur le Paradis perdu de Milton), Richardson fonde une tradition proprement britannique qu'illustreront l'œuvre et la figure de Reynolds. Il fut aussi, comme Lely et plus tard Lawrence, un très important collectionneur de dessins.

— Pierre GEORGEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre GEORGEL. RICHARDSON JONATHAN, dit LE VIEUX (1665-1745) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références