COE JONATHAN (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jonathan Coe est né en 1961 à Birmingham. Au milieu des années 1980, il quitte Cambridge où il a suivi des études en littérature britannique pour entamer à l'université de Warwick une thèse de doctorat consacrée à Tom Jones de Henry Fielding. Simultanément, il rédige son premier roman, un Bildungsroman (roman d'éducation) plutôt conventionnel à propos d'un étudiant à Cambridge. La rencontre fortuite avec l'œuvre insolite et innovante de B .S. Johnson, écrivain britannique expérimental des années 1960-1970, représente pour lui un tel choc esthétique qu'il abandonne le roman qu'il est en train d'écrire pour en commencer un autre, La Femme de hasard (1987), dont les stratégies de mise à nu des procédés de la narration et les interventions intempestives du narrateur empruntent beaucoup aux techniques de B. S. Johnson mais aussi à certains ouvrages du xviiie siècle (Laurence Sterne, Henry Fielding). Deux autres romans de forme innovante suivront, Une touche d'amour (1989) et Les Nains de la mort (1990). Mais c'est surtout Testament à l'anglaise (1994), lauréat du prix du meilleur livre étranger en France, qui révélera Coe au grand public et lancera sa carrière littéraire.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  COE JONATHAN (1961- )  » est également traité dans :

BIENVENUE AU CLUB (J. Coe) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 977 mots

Roman après roman, Jonathan Coe tend à l'Angleterre un miroir, sans trop se soucier de la rigueur qui sied à l'historien, mais avec le désir de mettre en lumière « l'esprit du temps ». Après Testament à l'anglaise, consacré aux années 1980, Bienvenue au club (trad. J. et S. Chauvin, Gallimard, 2003) s'attaque cette fois aux années 1970. Ce temps que les moin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bienvenue-au-club/#i_54612

Pour citer l’article

Vanessa GUIGNERY, « COE JONATHAN (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-coe/