FIELDING HENRY (1707-1754)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Henry Fielding est un produit de la squirearchy, c'est-à-dire d'une Angleterre gouvernée par les châtelains, où l'harmonie entre la ville et les champs n'avait pas encore été rompue par la machine à vapeur. Il en est aussi un produit marginal. Fils d'un cadet de grande famille qui avait embrassé la carrière des armes, il n'héritera ni de terres, ni de titres ; et cette position légèrement excentrique par rapport au système a aiguisé son coup d'œil, attisé sa verve. La nécessité où il fut de gagner sa vie, de frayer avec tous les milieux de l'Angleterre de Walpole lui a donné une expérience étendue de la nature humaine. Elle l'a éclairé sur les vices et les abus d'une société dont il ne conteste pas les fondements, mais qu'il voudrait rendre moins imparfaite. Magistrat, romancier, metteur en scène, journaliste, dramaturge, il était bien placé pour percevoir les grondements souterrains, les craquements de l'édifice économique et social mis en place par les whigs après 1688 ; mais si les réalistes ne tombent pas dans les puits, ils discernent rarement au ciel les signes avant-coureurs de l'avenir.

De l'aventure picaresque au roman bourgeois

Fielding naquit au cœur de ce comté du Somerset où démarre le jeu de l'oie de ses romans de grand chemin. Soumise aux coups de dés de l'amour et du hasard, sa vie commence dans l'aventure picaresque d'un orphelin de fait, élevé dans un château qui ne lui reviendra point, demi-pensionnaire à Eton (il n'eut jamais de part entière du gâteau), puis trop pauvre, malgré un père général, pour s'inscrire à Oxford ou à Cambridge. Elle se termine dans les pantoufles d'un juge de paix qui épousa en secondes noces sa cuisinière et alla mourir de la gravelle à Lisbonne.

À sa période bohème se rattachent sa tentative, déjouée par un tuteur jaloux, d'enlever une jeune héritière ; la petite fortune dissipée à Londres, où il s'enfonça sous le poids des dettes, à l'image de ses héros, du monde au demi-monde et du demi-monde aux bas-fonds ; son stage à l'université de Leyde, moins chère que ses rivales anglaises ; ses premiers contacts avec la faune th [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FIELDING HENRY (1707-1754)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les divers genres du roman »  : […] Les idéaux et la tendance de la bourgeoisie à l'analyse du caractère se manifestèrent aussi dans le roman. À la différence des narrateurs qui l'ont précédé, décrivant le monde d'une façon vague et générale, sans faire attention à l'aspect réel des choses, Daniel Defoe (1660-1731) parvient, le premier, à donner l'impression de la réalité, de la chos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_18033

RICHARDSON SAMUEL (1689-1761)

  • Écrit par 
  • Jean DULCK
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vocation tardive »  : […] La vie de Samuel Richardson est sans éclat. Fils d'artisan, né dans le Derbyshire, il vient à Londres et fait son apprentissage d'imprimeur. Ayant épousé la fille de son patron, il s'établit à son tour ; ses affaires sont prospères et, consécration du succès professionnel, il deviendra maître de sa corporation. Veuf en 1731, il épousera la fille d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-richardson/#i_18033

SMOLLETT TOBIAS GEORGE (1721-1771)

  • Écrit par 
  • Alexandre MAUROCORDATO
  •  • 2 545 mots

Dans le chapitre « Portrait littéraire »  : […] S'il est un homme de lettres auquel s'appliquent encore les catégories de la critique traditionnelle, c'est bien Tobias Smollett. Les distinctions entre la vie et l'œuvre, le style et les idées restituent pleinement sa physionomie. Le plus obscur de son œuvre relève de la compilation hâtive, à la lueur des chandelles, sous les combles, de travaux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tobias-george-smollett/#i_18033

TOM JONES, Henry Fielding - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 1 123 mots

Après avoir publié de nombreuses pièces de théâtre dont la meilleure est sans doute Tom Thumb (1730), Henry Fielding (1707-1754) écrit un roman satirique dirigé contre l'homme d'État Robert Walpole, La Vie de Jonathan Wild le grand (1743), et collabore à plusieurs journaux dont le Jacobite Journal . Soutenu par Jonathan Swift, Fielding s'oppose v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tom-jones/#i_18033

Pour citer l’article

Alexandre MAUROCORDATO, « FIELDING HENRY - (1707-1754) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-fielding/