PRITCHARD JOHN (1921-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef d'orchestre britannique John Pritchard appartient, comme Colin Davis et Neville Marriner, à une génération de musiciens britanniques qui ont grandi en même temps que s'édifiait la vie musicale de leur pays et qui ont été les premiers, après Thomas Beecham, à mener une carrière internationale.

John Pritchard

Photographie : John Pritchard

Le Britannique John Pritchard (1921-1989), ici en 1964, fut l'un des principaux chefs du London Philharmonic Orchestra. 

Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Afficher

Né à Londres le 5 février 1921, il commence à travailler le violon avec son père et aborde le piano avec Egon Petri avant de partir pour l'Italie, où il étudie le piano, l'alto et la direction d'orchestre. Il y découvre l'opéra, qui sera l'axe majeur de sa carrière. Il fait ses début à Londres à la tête du Derby String Orchestra, qu'il dirige entre 1943 et 1945. En 1947, il est engagé comme répétiteur au festival de Glyndebourne, dont il est nommé chef de chœur l'année suivante. Il saisit sa chance en 1951 lorsqu'il doit remplacer Fritz Busch, saisi d'un malaise au milieu d'une représentation de Don Giovanni. Il se voit confier aussitôt la direction des grands opéras de Mozart. Il est invité par les principaux orchestres britanniques et dirige le Jacques Orchestra (1950-1952).

En 1952, il débute à 1'Opéra de Vienne (La Force du destin) et à Covent Garden (Un bal masqué), où il va diriger régulièrement par la suite. Nommé directeur musical du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra (1957-1963), il restructure cet orchestre et renouvelle son répertoire, créant notamment un cycle de musique contemporaine, Musica Viva, qui fait de Liverpool l'un des centres les plus dynamiques de la vie musicale britannique. Commandeur de l'ordre du British Empire en 1962, il est directeur musical de l'Orchestre philharmonique de Londres (1962-1966), qu'il emmène en tournée au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Chine (1971). Il revient au festival de Glyndebourne comme conseiller musical (1963-1969) puis comme directeur musical (1969-1978). À partir de 1973, il est également directeur de la Huddersfield Choral Society.

Sa carrière se développe beaucoup à l'étranger : il fait ses débuts aux États-Unis en 1963 avec l'Orchestre symphonique de Pittsburgh, dont il devient le principal chef invité, au festival d'Aix-en-Provence en 1963 (La Flûte enchantée), au festival de Salzbourg et au Teatro Colón de Buenos Aires en 1966, au Metropolitan Opera de New York en 1971 (Così fan tutte), à l'Opéra de Paris en 1981 (Peter Grimes de Britten). Il dirige régulièrement à l'Opéra de Marseille entre 1966 et 1968. En 1975, il reçoit le prix Shakespeare à Hambourg. Un an plus tard, il dirige les représentations de La Clémence de Titus de Mozart avec la troupe de Covent Garden en visite à la Scala de Milan.

Il est Chefdirigent à l'Opéra de Cologne (1978-1989), premier chef britannique à occuper un poste aussi important dans un théâtre lyrique allemand. Gérard Mortier l'appelle à ses côtés comme directeur musical du Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles (1982-1989). Il succède à Guennadi Rojdestvenski à la tête de l'Orchestre symphonique de la B.B.C. à Londres (1982-1989), dont il était déjà le premier chef invité depuis 1979. Il est anobli en 1983. En 1986, I'Opéra de San Francisco crée pour lui le poste de directeur musical. C'est dans cette ville qu'il meurt le 5 décembre 1989.

Formé à l'école lyrique de Glyndebourne dans la tradition de Fritz Busch, Pritchard a consacré l'essentiel de sa carrière à la fosse d'opéra, où la souplesse de sa direction et sa profonde connaissance du répertoire (de Monteverdi à Britten) constituaient des atouts précieux. Il a accompagné les plus grands chanteurs de son temps, Joan Sutherland, Placido Domingo, Luciano Pavarotti, Birgit Nilsson, Teresa Berganza... Fervent défenseur de la musique anglaise contemporaine, il a créé des opéras de Benjamin Britten (Gloriana, pour le couronnement de la reine Elizabeth II, 1953), Michael Tippett (The Midsummer Mariage, 1955 ; King Priam, 1962). À Glyndebourne, où il a dirigé vingt-huit ouvrages différents entre 1951 et 1977, il a conduit les premières représentati [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « PRITCHARD JOHN - (1921-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-pritchard/