JOHN FISHER saint (1469-1535)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Humaniste et prélat anglais célèbre par la résistance qu'il opposa, au nom de sa fidélité au pape et à l'Église catholique, à Henri VIII d'Angleterre en refusant de reconnaître la suprématie royale et l'abolition de la juridiction pontificale sur l'Église d'Angleterre.

Ordonné prêtre en 1491, John Fisher se distingua comme érudit, comme prédicateur et comme administrateur. Devenu, en 1497, le confesseur de lady Margaret Beaufort, mère du roi Henri VII d'Angleterre, il la persuada de créer une chaire de théologie (1503) aux universités d'Oxford et de Cambridge et de fonder le Christ's College à Cambridge. Après la mort de Margaret en 1509, Fisher poursuivit son œuvre à Saint John's College, dont il acheva l'organisation en 1511. En 1504, il avait été nommé chancelier de Cambridge et évêque de Rochester (Kent). Fisher encouragea les études hébraïques et, en 1511, persuada son ami Érasme de venir enseigner à Cambridge.

En 1520 commence son œuvre de polémiste. Ses écrits en latin contre le luthéranisme et contre les doctrines voisines tenues pour hérétiques par l'Église catholique romaine lui valent une réputation de théologien dans l'Europe entière ; avec fougue il prêche dans ce sens à Saint Paul's Cross, en 1520 et 1526. À la Chambre des lords, il s'oppose violemment à toute ingérence de l'État dans les affaires de l'Église, insistant pour que celle-ci se réforme elle-même. Lorsque, en 1525, la validité du mariage entre Henri VIII et Catherine d'Aragón fut pour la première fois ouvertement mise en question, Henri et le cardinal Wolsey consultèrent Fisher ; la colère du roi se déchaîna contre celui-ci lorsqu'il soutint Catherine, en 1529, et lorsqu'il publia ensuite sa défense, ainsi que le prêche qu'il avait fait à Londres en faveur de la reine. En 1531, Fisher s'opposa violemment à ce que fût reconnu au roi le titre de « chef suprême de l'Église et du clergé d'Angleterre », se déclarant ainsi hostile à l'Acte de suprématie de 1534. Le mariage d'Henri VIII avec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  JOHN FISHER saint (1469-1535)  » est également traité dans :

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Réforme anglicane »  : […] À la différence des autres Réformes entreprises par des hommes d'Église et des théologiens de large envergure, la Réforme anglicane fut préparée, instaurée et rétablie, en trois temps, sous les auspices de la monarchie. L'œuvre des souverains, inspirée par le désir de subordonner la vie ecclésiastique aux intérêts de l'État, n'aurait d'ailleurs pas survécu si la papauté n'avait été auparavant pro […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 66 médias

Dans le chapitre « L'âge des réformes »  : […] Rien n'annonce l'âge des réformes sous Henri VII ou dans les premières décennies du règne de Henri VIII , monté sur le trône en 1509. Au contraire, ces souverains ont lutté contre les héritiers des lollards et contre les thèses luthériennes, au moment où elles se sont propagées en provenance du continent : Henri VIII les a personnellement réfutées dans un écrit qui lui vaut en 1521, du pape Léon  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« JOHN FISHER saint (1469-1535) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-fisher/