ARDEN JOHN (1930-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

John Arden est né en 1930 à Barnsley, dans le Yorkshire. Des auteurs dramatiques du « nouveau théâtre anglais » des années 1950 et 1960, il est sans doute le plus brechtien. Comme Brecht, il croit nécessaire un détour par la fable, ou par l'histoire, pour rendre compte du monde contemporain. Pour lui, comme pour Brecht, le théâtre est une activité collective à laquelle doivent participer créateurs et techniciens et qui s'adresse à un public spécifique dont il doit refléter, directement ou indirectement, les préoccupations.

Sa formation d'architecte le pousse à s'intéresser aux aspects techniques du théâtre, d'où la complexité de ses dispositifs scéniques. Ses convictions politiques le conduisent à poser en termes théâtraux des conflits de groupes plutôt que des conflits individuels, des problèmes qui touchent à la vie des citoyens dans la cité. Comme Wesker et comme Bond, c'est un poulain du Royal Court où est montée, dès 1957, Les Eaux de Babylone (The Waters of Babylon). Cette comédie aux multiples rebondissements montrait dans le Londres de 1956 une nouvelle Babylone de la corruption et de l'exil où se côtoyaient prostituées, politiciens, exploitants immobiliers, immigrés exploités et souteneurs. Il n'était pas facile d'y trouver un message clair ni de savoir qui le public devait juger et condamner. La pièce suivante fut, en 1958, Vous vivrez comme des porcs (Live Like Pigs) : quelle solution trouver au problème des marginaux qui n'arrivent pas à s'intégrer dans la forme aseptisée de société que leur propose, ou voudrait leur imposer, le Welfare State ? La pièce posait la question sans donner de réponse. Ni réquisitoires ni plaidoyers, toutes les premières pièces d'Arden refusent de diviser le monde entre bons et méchants, de juger de haut les conduites humaines. Et, de même qu'il refuse tout dogmatisme et manichéisme, Arden se montre éclectique dans le choix de ses moyens. Il emprunte à toutes les traditions : la moralité médiévale, le drame élisabéthain, le music-hall moderne, les ballades populaires, voire les masques d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARDEN JOHN (1930-2012)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « De nouveaux lieux, de nouvelles formes »  : […] « Nous écrivons à présent pour un public bourgeois – un point c'est tout », déclare, en 1963, le dramaturge Robert Bolt. À ce moment-là, rares sont en effet ceux qui tentent de penser une pratique nouvelle. Il est significatif, d'ailleurs, que deux des principales exceptions finissent par quitter le pays : Brook, qui est pratiquement le seul en Angleterre à se réclamer d'Artaud, part pour Paris e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claire PASQUIER, « ARDEN JOHN - (1930-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-arden/