VIEIRA JOÃO BERNARDO (1939-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République de Guinée-Bissau de 1980 à 1999, puis de 2005 à 2009, João Bernardo Vieira a dû faire face aux tensions ethniques et aux rivalités régnant au sein du parti au pouvoir, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Partido africano da independência da Guiné e Cabo Verde, P.A.I.G.C.), ainsi qu'à l'opposition de l'armée qui le contraignit à s'exiler de 1999 à 2005.

Né le 27 avril 1939 à Bissau, dans la colonie portugaise de Guinée, João Bernardo Vieira est originaire de l'ethnie minoritaire des Papel. Après des études en génie électrique, Vieira rejoint le P.A.I.G.C. en 1960 – alors soutenu par l'U.R.S.S. et Cuba – et combat pour la libération de son pays au côté d'Amilcar Cabral, le fondateur du parti devenu héros de l'indépendance. Après la reconnaissance officielle de l'indépendance par le Portugal, en 1974, le commandant João Bernardo Vieira dirige le ministère de la Défense jusqu'en 1978. Nommé ensuite Premier ministre, il s'empare des rênes du pouvoir le 14 novembre 1980 lors d'un coup d'État qui renverse le président Luís Cabral. Après avoir instauré un Conseil de la révolution composé de militaires et souhaitant organiser une société socialiste, Vieira, qui est confronté à de violentes luttes pour le pouvoir et à une forte pression pour la démocratisation de la vie politique, décrète en 1991 le multipartisme et remporte, en 1994, la première élection présidentielle pluraliste du pays. Confirmé dans ses fonctions quatre ans plus tard, il est chassé du pouvoir en 1999 par l'armée à la suite d'une violente guerre civile et trouve refuge au Portugal. Un nouveau coup d'État, en 2003, rend possible son retour au pays. Candidat indépendant, pourtant interdit de toute activité politique, Vieira crée la surprise en remportant l'élection présidentielle de 2005. Sans réel soutien politique, relativement isolé, il change quatre fois de Premier ministre en trois ans. Après avoir échappé à une première tentative d'assassinat en novembre 2008, il est tué par des militaires le 2 mars 2009, dans la capitale, au lendemain d'un attentat qui avait coûté la vie au chef d'état-major de l'armée, connu pour être son rival.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  VIEIRA JOÃO BERNARDO (1939-2009)  » est également traité dans :

GUINÉE-BISSAU

  • Écrit par 
  • Francis SIMONIS
  •  • 3 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le pays depuis l’indépendance : entre instabilité et coups d’État »  : […] À la suite de la déclaration d’indépendance en 1974, Luís Cabral, demi-frère d’Amilcar, devient le premier président de la Guinée-Bissau, qui est alors un pays exsangue dont moins de 1 p. 100 de la population sait lire et écrire. Les organisations nées de la lutte armée s’installent au pouvoir : le PAIGC devient un parti unique qui s’inspire des démocraties populaires d’Europe de l’Est. Le leader […] Lire la suite

Pour citer l’article

« VIEIRA JOÃO BERNARDO - (1939-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joao-bernardo-vieira/