BISSAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien fort construit en 1687 par les Portugais pour abriter un comptoir commercial et négrier, la ville de Bissau remplaça Bolama en tant que capitale de la Guinée-Bissau en 1942. Elle est située à l'estuaire du rio Geba, sur l'océan Atlantique, qui offre un excellent mouillage aux navires de haute mer. L'ancienne plate-forme d'aconage a aujourd'hui laissé la place à un quai et à une jetée. Le port a, par ailleurs, été agrandi et doté d'installations frigorifiques. Bissau, qui est la plus grande ville du pays et le principal centre économique, est également desservie par un aéroport international, et possède une petite université ainsi qu'un institut de recherche. La vieille ville coloniale est concentrée autour de la place des Héros-de-la-Nation. La ville, qui s'est étendue à l'est de ce centre historique, est entourée de mangrove et de forêt. Durant la guerre civile de 1998-1999, la ville fut presque entièrement détruite tandis que sa population fuyait vers l'intérieur du pays. À la faveur d’un relatif retour au calme au début des années 2000, Bissau a retrouvé la majeure partie de sa population, estimée à quelque 400 000 habitants en 2007.

—  Universalis

Classification

Les derniers événements

29 décembre 2019 • Guinée-Bissau • Élection d’Umaro Sissoco Embaló à la présidence.

Le candidat du Mouvement pour l’alternance démocratique (MADEM G-15), Umaro Sissoco Embaló, est élu président avec 53,6 p. 100 des suffrages. Il était opposé au second tour à Domingos Simões Pereira, président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). Le taux de participation est de 74,4 p. 100. Umaro Sissoco Embaló a bénéficié du soutien de plusieurs candidats éli [...] Lire la suite

24 novembre 2019 • Guinée-Bissau • Premier tour de l’élection présidentielle.

L’ancien Premier ministre Domingos Simões Pereira, président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 40,1 p. 100 des suffrages. Le candidat du Mouvement pour l’alternance démocratique (MADEM-G 15), Umaro Sissoco Embaló, qui a également dirigé le gouvernement, obtient 27,7 p. 100 des voix. Les deux h [...] Lire la suite

10-18 mars 2019 • Guinée-Bissau • Élections législatives.

social, principale formation d’opposition, est en fort recul avec 21,1 p. 100 des suffrages et 21 élus. Un nouveau parti, l’Assemblée du peuple uni-Parti démocratique de Guinée-Bissau (API-PDGB), obtient 8,5 p. 100 des voix et 5 sièges. Le taux de participation est de 84,7 p. 100. Le 18, le PAICG [...] Lire la suite

18-22 mai 2014 • Guinée-Bissau • Élection de José Mário Vaz à la présidence.

Le 18, José Mário Vaz, candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (P.A.I.G.C.), arrivé en tête au premier tour qui s'est tenu en avril, remporte l'élection présidentielle avec 61,9 p. 100 des suffrages. Il bat le candidat indépendant soutenu par l'armée Nuno Gomes Nabiam, qui recueille 38,1 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 78,2 p. 10. Le 22, le P.A.I [...] Lire la suite

13 avril 2014 • Guinée-Bissau • Élections générales.

À la suite du coup d'État militaire d'avril 2012 qui avait entraîné l'annulation de l'élection présidentielle en cours, des élections générales se tiennent, sous la pression internationale. Candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (P.A.I.G.C.), ancien parti unique, José Mário Vaz arrive en tête au premier tour avec 40,9 p. 100 des suffrages. Au second tour qui doi [...] Lire la suite

12-29 avril 2012 • Guinée-Bissau • Coup d'État militaire.

(C.E.D.E.A.O.) exige le rétablissement de l'ordre constitutionnel, sous peine de sanctions, et décide le déploiement d'une force ouest-africaine en Guinée-Bissau. Le 27, la junte remet en liberté Carlos Gomes Júnior et Raimundo Pereira – qui s'exilent en Côte d'Ivoire –, annonce la réduction de la durée [...] Lire la suite

18 mars 2012 • Guinée-Bissau • Premier tour de l'élection présidentielle.

Le 18, le Premier ministre sortant Carlos Gomes Júnior remporte le premier tour de l'élection présidentielle organisée à la suite du décès du président Malam Bacaï Sanha en janvier. Le candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, au pouvoir, obtient 49 p. 100 des suffrages. Il disputera le second tour, en avril, face à l'ancien président Kumba Yala, candidat du Parti [...] Lire la suite

9 janvier 2012 • Guinée-Bissau • Mort du président Malam Bacaï Sanha.

Le président Malam Bacaï Sanha, au pouvoir depuis juillet 2009, meurt à Paris où il était hospitalisé depuis plusieurs semaines. Raimundo Pereira, président de l'Assemblée nationale, assure l'intérim du pouvoir.  [...] Lire la suite

26 juillet 2009 • Guinée-Bissau • Élection de Malam Bacaï Sanha à la présidence.

Malam Bacaï Sanha, candidat du parti au pouvoir, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, et ancien chef de l'État intérimaire, est élu président à l'issue du second tour du scrutin, avec 63,6 p. 100 des voix, face à Kumba Yala, du Parti de la rénovation sociale, ancien président lui aussi, qui obtient 36,5 p. 100 des suffrages. Ce dernier reconnaît immédiatement sa défai [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« BISSAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bissau/