CHRISTOPHER WARREN (1925-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Warren Christopher est une figure clé de la diplomatie américaine. Il a imprimé sa marque à la politique étrangère des États-Unis sous les présidences démocrates de Jimmy Carter puis de Bill Clinton. Il est notamment réputé pour son style discret et méthodique lors des négociations qu'il a menées tout au long de sa carrière au département d'État (ministère des Affaires étrangères).

Warren Minor Christopher naît le 27 octobre 1925 à Scranton, dans le Dakota du Nord. Sa famille part s'installer en Californie après la Grande Dépression. Il étudie à l'université de Californie du Sud, dont il sort diplômé en 1945, tout en étant réserviste volontaire dans l'U.S. Navy de 1943 à 1946. Diplômé de droit de l'université Stanford en 1949, il occupe un poste d'assistant auprès d'un juge de la Cour suprême, avant de rejoindre en 1950 le cabinet d'avocat d'affaires O'Melveny & Myers à Los Angeles, dont il deviendra associé en 1958, puis président-directeur général de 1982 à 1992.

Menant de front une carrière privée florissante et des ambitions politiques, Warren Christopher quitte les affaires en 1967 lorsqu'il est nommé procureur général adjoint par le président Lyndon B. Johnson. Il retourne ensuite travailler dans son cabinet d'avocat sous les présidences Nixon et Ford. En 1977, il est nommé secrétaire d'État adjoint dans l'administration Carter, une fonction qu'il assume jusqu'en 1981. Il y mène les négociations pour la signature des traités Torrijos-Carter, en 1977, concernant le canal de Panamá, et contribue à la libération des cinquante-deux otages retenus à l'ambassade américaine de Téhéran (Iran) en 1981. Il reçoit la même année la médaille de la liberté, la plus haute distinction civile américaine. Dans un discours, repris par le New York Times, il définit alors son approche de la diplomatie : « Une écoute prudente est peut-être bien l'arme secrète. »

En 1991, à la suite de l'affaire des violences policières perpétrées à l'encontre du Noir américain Rodney King, il met sur pied un comité pour formuler des recommandations de profondes réformes dans le département de police de Los Angeles.

De 1993 à 1997, Warren Christopher dirige la diplomatie américaine en tant que secrétaire d'État du président Clinton. En 1995, il participe aux négociations des accords de Dayton qui mettent un terme à la guerre en Bosnie-Herzégovine et devient le premier secrétaire d'État américain à se rendre à Hanoi en août 1995, moins d'un an après la levée de l'embargo américain contre le Vietnam.

Warren Christopher annonce qu'il se retire de la vie politique à la fin du premier mandat du président Clinton. En 2000, il est dépêché en Floride par le Parti démocrate pour superviser le recompte des voix du vice-président démocrate Al Gore après la contestation des résultats de l'élection présidentielle. Warren Christopher s'éteint le 18 mars 2011 des suites d'un cancer dans sa maison à Los Angeles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Melinda C. SHEPHERD, « CHRISTOPHER WARREN - (1925-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/warren-christopher/