Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PIEL JEAN (1902-1996)

Jean Piel est mort à Neuilly-sur-Seine le 1er janvier 1996, l'année des cinquante ans de la revue à laquelle il a consacré sa vie : Critique, « revue générale des publications françaises et étrangères », fondée en juin 1946 par Georges Bataille.

Né le 28 janvier 1902 à Saint-Martin-de-Fresnay (Calvados), licencié de philosophie, Jean Piel a eu deux activités professionnelles, l'une administrative et l'autre éditoriale. Administrative : après des débuts comme journaliste économique et financier, interrompus par la guerre et l'Occupation, il est, un peu avant la Libération, en zone Sud, chargé de mission à la direction de l'Économie générale. C'est le début d'une carrière de haut fonctionnaire à l'économie et à l'aménagement du territoire qui durera plus de vingt-cinq ans. Éditoriale : à la suite de sa rencontre avec Georges Bataille dans un milieu qui rassemble les marginaux du surréalisme (Michel Leiris, Georges Limbour, André Masson, Jacques Prévert, Raymond Queneau, Roger Vitrac), il va être étroitement associé à la réalisation de Critique, l'une des revues les plus prestigieuses de la seconde moitié du xxe siècle.

Dans les premières années, le nom de Jean Piel apparaît au sommaire de Critique pour des articles d'économie consacrés à William Henry Beveridge, Colin Clark, John Maynard Keynes, Joseph Aloys Schumpeter... Il a les mêmes centres d'intérêt que Georges Bataille, qui travaille alors à l'élaboration de La Part maudite. En décembre 1949, Bataille lui donne les pleins pouvoirs pour convenir des termes d'une reprise de la revue par un éditeur. Née aux éditions du Chêne, passée chez Calmann-Lévy, Critique reparaît ainsi en octobre 1950 aux éditions de Minuit. Au comité de rédaction : Jean Piel et Éric Weil. Éric Weil tend à « influer dans le sens savant », Jean Piel à « diriger Critique vers le grand public » (lettre de Georges Bataille à Jean Piel du 7 janvier 1950). Grâce à lui, la revue s'ouvre aux écrivains du Nouveau Roman : Michel Butor et Alain Robbe-Grillet. À la mort de Georges Bataille, en juillet 1962, Jean Piel prend officiellement la tête de la revue. Il s'entoure d'un conseil de rédaction composé de Roland Barthes, Michel Deguy et Michel Foucault, et jette les bases d'un numéro d'« Hommage à Georges Bataille » (août-sept. 1963). Sous sa direction, Critique s'inscrit de plus en plus nettement dans le champ de l'avant-garde. Elle encourage le projet intellectuel d'auteurs comme Roland Barthes, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Foucault, Louis Marin ou Michel Serres. En 1967, les éditions de Minuit créent une collection de livres sous le titre de Critique. Spécialisée dans la littérature, la philosophie et les sciences humaines, elle est dirigée par Jean Piel et alimentée par les principaux collaborateurs de la revue. Au cours des années 1970, Jean Piel décide de multiplier les numéros spéciaux : autour d'un lieu (Vienne, début d'un siècle, août-sept. 1975), d'un auteur (Limbour l'irréductible, août-sept. 1976), d'un thème (L'Animalité, août-sept. 1978) ou d'une discipline (histoire de l'art, psychanalyse, mathématiques, etc.). À quoi s'ajoutent les grands bilans à dominante philosophique comme La Philosophie malgré tout (févr. 1978), ou, plus polémique, L'Année philosophico-politique : le comble du vide (janv. 1980).

Dans un article daté de janvier 1954, Jean Piel a précisé son idée de la critique. Selon lui, le but d'une critique active est de prolonger les œuvres les plus originales. « Ainsi comprise, la critique exige un minimum d'esprit scientifique : c'est dire que si l'on peut espérer sa rénovation, on l'attendra moins de spécialistes souvent improvisés que de la recherche concertée d'hommes appartenant à des disciplines[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : normalienne, docteur ès lettres, professeur agrégé à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CRITIQUE, revue

    • Écrit par Sylvie PATRON
    • 622 mots

    Moins disparate que Documents, moins offensive que Les Cahiers de Contre-Attaque, moins turbulente qu'Acéphale, et partant plus durable qu'aucune d'entre elles, Critique est la dernière des revues fondées par Georges Bataille. Elle a la particularité d'être une revue de bibliographie....

Voir aussi