PHILOPON JEAN (entre 475 et 480-apr. 565)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grammairien et philosophe chrétien monophysite, né à Alexandrie (Égypte). Jean Philopon fut le disciple et l'assistant du philosophe Ammonios. C'est en utilisant des notes prises pendant les cours de son maître qu'il publia à partir de 517 plusieurs Commentaires sur les œuvres d'Aristote. Il publia également de nombreux ouvrages consacrés à la théologie, à l'exégèse biblique, à la philosophie, à la grammaire, aux mathématiques et à la science.

Philopon entendait réinterpréter la tradition philosophique grecque en un sens qui fût acceptable par les chrétiens, principalement en rejetant les conceptions fortement inspirées par le paganisme du philosophe Proclus. Il concevait l'activité du Démiurge dans le Timée de Platon dans le sens chrétien d'une création temporelle du monde (De aeternitate mundi contra Proclum). Il s'en prenait également aux conceptions aristotéliciennes de l'éternité du mouvement du ciel et de l'existence d'un cinquième élément de nature divine. En exégèse biblique, il professait des conceptions concordistes, affirmant que la science ne contredit pas l'enseignement des textes sacrés à condition que ceux-ci soient correctement interprétés (De opificio mundi).

Cette christianisation de la tradition philosophique grecque allait assurer à l'École d'Alexandrie une immunité et lui permettre de se perpétuer sans rupture, alors que l'école d'Athènes, marquée par l'enseignement de Proclus, avait été fermée par Justinien en 529.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  PHILOPON JEAN (entre 475 et 480-apr. 565)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Il faut attendre le v e  siècle de l'ère chrétienne pour trouver à Alexandrie une véritable école philosophique, comparable à celle d'Athènes. À ses origines, on rencontre la célèbre philosophe Hypatie qui, avant de connaître une fin tragique, forma des disciples enthousiastes, parmi lesquels le futur évêque Synésius de Cyrène. Vers la même époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_8226

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Le temps des incertitudes (395-610) »  : […] De la mort de Théodose à l'avènement d'Héraclius, on compte deux siècles pendant lesquels Byzance hésite encore entre sa vocation orientale et le mirage d'une restauration de l'Empire universel où s'épuisera Justinien. Constantinople n'est pas encore le centre unique d'un empire où le grec n'est pas encore la seule langue de culture, où la foi de Chalcédoine n'a pas encore rallié toutes les âmes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_8226

Pour citer l’article

Richard GOULET, « PHILOPON JEAN (entre 475 et 480-apr. 565) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-philopon/