MESLIER JEAN (1664-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans les Ardennes françaises, à Mazerny, en 1664, fils d'un marchand, Jean Meslier, après ses études au séminaire de Reims, est ordonné prêtre en 1688. Nommé l'année suivante à la cure d'Étrépigny, dans sa région natale, il va exercer ses fonctions, sans grands problèmes, jusqu'à sa mort. Bien noté de Mgr Le Tellier, il a maille à partir avec l'impérieux Mgr de Mailly (1711-1721), comme avec le seigneur local ; mais rien qui permette de voir dans ce curé de village un athée et un révolutionnaire. C'est pourtant bien ce qui ressort des trois écrits posthumes qu'il a laissés : son Mémoire (connu comme Le Testament du curé Meslier), ses Lettres aux curés du voisinage et sa réfutation, en notes marginales, de la Démonstration de l'existence de Dieu de Fénelon (connue comme L'Anti-Fénelon). C'est là une œuvre importante (l'édition procurée en 1970-1972 par J. Deprun, R. Desné et A. Soboul fait trois volumes in-8o) dont la violence et l'ampleur ont choqué les « esprits philosophiques » du temps. Voltaire en a publié (anonymement) en 1762 une version abrégée, et partiellement réécrite, sous le titre de Testament de Jean Meslier, d'apparence déiste.

En fait, Meslier parle en « communiste », maniant contre « les princes de ce monde » la violence d'un vocabulaire biblique nourri d'une pensée sociale révolutionnaire ; dénonçant l'exploitation des « peuples », il appelle à la révolte contre les nobles et les prêtres. « Cartésien d'extrême gauche » (J. Deprun), Meslier dénonce les vues finalistes ou providentielles de Fénelon. Son univers mécaniste, où règne la nécessité, fait de lui un précurseur du matérialisme. Une langue riche de provincialismes et de néologismes, de nombreux emprunts à l'Écriture, un certain lyrisme passionné font de Jean Meslier un des témoins les plus originaux de la « crise de conscience » qui a marqué les débuts du siècle des Lumières.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MESLIER JEAN (1664-1729)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aux origines »  : […] « L'homme est né libre et partout il est dans les fers », constate Rousseau dans le premier chapitre du Contrat social (1762). Seule la volonté générale, c'est-à-dire l'accord entre les individus qui composent la société dans son ensemble, garantie par la souveraineté populaire, peut faire du pouvoir politique l'expression même du Bien et permettre l'émancipation humaine. Une pensée en rupture av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_1202

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : la lutte antireligieuse, la formation du matérialisme et la pensée révolutionnaire »  : […] À l'entrée du xviii e  siècle, on note à la fois la sympathie et les prudences de Bayle. Exilé dès 1681, en Hollande, le philosophe de Rotterdam fait pendant au philosophe de La Haye ; pour toute sa vie, il est lié à ce dernier, qu'il avait commencé de lire à Sedan, mais dont il acquiert, dans le Refuge, une connaissance complète. En 1682 paraissent à Cologne les Pensées diverses sur la Comète , a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_1202

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « MESLIER JEAN - (1664-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-meslier/