BUSTAMANTE JEAN-MARC (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si le travail de Jean-Marc Bustamante (artiste français né en 1952 à Toulouse) relève des genres traditionnels de la photographie et de la sculpture, s'il aborde certains thèmes classiques tels que le paysage et l'architecture, la préoccupation de l'artiste consiste moins en une démarche formaliste liée à ces genres et à ces thèmes qu'à cerner la notion de présence qu'ils instaurent. Présence de l'objet ou de l'image, mais aussi présence du spectateur vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis de ce qu'il perçoit, échanges par lesquels se constitue une conception sans cesse renouvelée de l'être humain.

Après des études de photographie (1973-1975), Jean-Marc Bustamante travaille comme photographe pour la revue Connaissance des arts, et comme assistant du cinéaste et photographe William Klein (1978-1981). Ces apprentissages techniques, mais aussi plastiques, lui ont sans doute permis de réaliser avec une chambre photographique 20 × 25, ses premières œuvres photographiques qu'il dénommera Tableaux (1980). Paysages des environs de Barcelone, ne montrant que des arbres, des morceaux de nature ou des fragments d'habitation, ces images, toutes au format (103 cm × 130 cm), frappent par la précision du réel qui s'y déploie, à la fois déshumanisé et empli de traces humaines, et par cette sorte de consistance qu'y prend le temps. De 1983 à 1987, il réalise de curieux objets et des installations avec la plasticien Bernard Bazile, sous le nom commun de BazileBustamante. Revenu à un travail solitaire l'année suivante, Bustamante réalise ses premières sculptures, notamment Paysage (1988), métal peint en rouge minium et accroché au mur comme un tableau ou une image, mais placé bien au-dessous de la ligne habituelle du regard. Tout en poursuivant sa production photographique de paysages, il réalise de nombreux travaux tridimensionnels : la série des Intérieurs (1988), qui par leurs formes et leurs dispositions ambivalentes jouent sur la fonctionnalité tout en s'en démarquant – (Intérieur II ressemble à des lits superposés, Intérieur III s'apparente à un berceau ou à une brouette) ; celle d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  BUSTAMANTE JEAN-MARC (1952- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Format et couleur : le tableau »  : […] La couleur qui, au début des années 1960, fait son entrée dans la photographie d'amateur et dans le secteur publicitaire, n'intéresse guère le marché naissant de la photographie d'art, visant le seul noir et blanc. C'est dans ce contexte élitiste qu'apparaissent en 1971 les travaux des Américains Joel Meyerowitz et William Eggleston, qui sacrifient le spectaculaire et l'émotion au profit d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_98463

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « BUSTAMANTE JEAN-MARC (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marc-bustamante/