BORY JEAN-LOUIS (1919-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 25 juin 1919 à Méréville (Seine-et-Oise), agrégé de lettres classiques, Jean-Louis Bory remporte le premier prix Goncourt de l'après-guerre, avec Mon Village à l'heure allemande (1945), transposition de ses souvenirs de la Résistance, et premier élément de son grand cycle romanesque Par temps et marées. Ce genre de succès précoce est souvent à l'origine de carrières romanesques avortées : Bory, au contraire, va poursuivre la sienne sans impatience et sans concession, tirant de sa mémoire la trame de Chère Aglaé (1947), La Vie de château (1954), L'Odeur de l'herbe (1962), romans regroupés avec quelques autres sous le titre général Hermemont (1973). Une enfance et une adolescence heureuses et inquiètes à la fois s'y retrouvent, baignées de la lumière de ce qui était encore la campagne aux portes de Paris.

Attiré très tôt par le cinéma et l'expression audiovisuelle (il participe notamment à l'émission radiophonique « Le Masque et la plume »), Jean-Louis Bory devient critique de cinéma à Arts, puis au Nouvel Observateur à partir de 1966. Ses chroniques hebdomadaires, toujours passionnées, jamais désinvoltes, peuvent être agressives, elles ne sont ni perfides ni féroces. Comme tous les grands critiques, à « démolir », il préfère louer... Sa générosité s'arrête cependant devant la mesquinerie, le fascisme larvé et toutes les formes de répression. Après avoir pris position contre la guerre d'Algérie, il revendique avec la même sincérité le « droit à la différence », c'est-à-dire, en ce qui le concerne, à l'homosexualité, notamment dans son autobiographie (La Peau des zèbres, 1969 ; Tous nés d'une femme, 1976) et dans Ma Moitié d'orange (1973). Il souligne notamment que si son statut social lui assure la liberté sexuelle, il n'en va pas de même pour certaines catégories de prolétaires et de marginaux, sur lesquels les interdits traditionnels pèsent bien davantage.

On doit aussi à Jean-Louis Bory un roman fantaisiste enregistré au magnétophone, Le Pied (1976), et (dans la lignée de ses adaptations télévisées de Balzac, d'Eugène Sue, de Dumas) plusieurs essais consacrés au roman populaire (Eugène Sue, dandy mais socialiste, 1973), un excellent et fort sérieux essai historique (La Révolution de Juillet, ou les Trois Glorieuses, 1972), ainsi qu'un amusant portrait de Cambacérès, sous-titré Les Cinq Girouettes (1978). Il met fin à ses jours le 12 juin 1979.

—  Gérard LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BORY JEAN-LOUIS (1919-1979)  » est également traité dans :

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « politique des auteurs », un concept en extension »  : […] Fondée à Lyon en 1952 par Bernard Chardère, puis installée à Paris en 1956, la revue Positif s'est toujours défendue de pratiquer une « politique des auteurs » au sens strict où l'entendaient les Cahiers , auxquels ils s'opposaient délibérément. L'esprit de la revue est marqué très tôt par le surréalisme et un engagement politique à gauche – alors prôn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-de-cinema/#i_29851

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Normalité contre rébellion »  : […] Pour être nouveau, le débat sur l'homosexualité n'en est pas pour autant figé. Et en renouant pour une part avec des débats anciens, les homosexuels vont continuer longtemps à se diviser sur la question de leur place dans la société et de leur meilleure intégration possible : rébellion ou normalité ? C'est autour de cette alternative que s'organise, notamment depuis la fin des années 1960, le déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_29851

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « BORY JEAN-LOUIS - (1919-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-bory/